Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 23 septembre 2013

L’Allemagne centre N°1349 6e année

Le résultat des élections législatives allemandes est singulier : le parti victorieux en pourcentage, le CDU/CSU d’Angela Merkel, manque de 5 sièges la majorité absolue tandis que la gauche (SPD, Die Linke, Verts) si elle faisait un front commun aurait, elle, la majorité absolue (319 sièges) mais les divergences étant ce qu’elles sont, ce schéma-là ne se faisant pas, voilà donc deux grands partis opposés conduits vers l’association. Il sera donc intéressant de voir quels seront les fondamentaux communs fédérateurs retenus d’où, sans doute, de longues semaines en tractation. Mais, une fois l’opération achevée, c’est-à-dire un programme commun droite/gauche, il est bien certain que l’Allemagne sera à la manœuvre avec une légitimité plus large qu’auparavant…
Les spécialistes n’attendent aucune évolution réelle d’Angela Merkel III sur tous les dossiers européens sauf à prendre un peu plus de distance avec l’Europe du Sud (France, Italie, Espagne, Portugal). Il est certain que les liaisons historiques et mercantiles (ligue hanséatique) entre l’Allemagne et l’Europe du Nord sont profondes. La place prise par Berlin aux yeux des Etats-Unis, de la Russie, de la Turquie, de la Chine la conduirait à monter en puissance mais l’Allemagne n’a pas, jusqu’à maintenant, choisi de retourner dans l’Histoire préférant tourner autour et réussir son parcours de voyageur de commerce à travers le monde géo-marchand. Quant au « couple franco-allemand », expression née du verbe giscardien, voilà belle lurette qu’il bat de l’aile: il a suffi de suivre les débats au sein d’EADS pour mesurer non pas la mésentente mais l’incompréhension entre nos deux pays. La classe politique française délaissant toute pensée politique aurait pu se retrouver avec le gouvernement allemand sur des réalisations industrielles et des partenariats intercontinentaux mais, à notre dédain de l’Histoire nos hauts fonctionnaires et gouvernants ajoutèrent une  morgue. L’essai de François Hollande de constituer une ligue sudiste (Italie, Espagne, Portugal) pour contrer l’Allemagne a marqué rapidement le pas et agacé au-delà au Rhin.
L’Allemagne centre, géographique, économique, financier, énergétique, environnementale de l’Europe s’accommode très bien de son outil militaire sous l’aile otanienne. Elle est un élève sage vis-à-vis des Américains, moins en tout cas que les présidences françaises de Sarkozy et de Hollande. Et pourtant, Angela Merkel n’a-t-elle peu les honneurs du Congrès ? Les second et troisième Reich ayant eu les fins que l’on sait, l’Allemagne répugne très fortement à recréer une entité politique et d’instinct aimerait porter, si l’on tient au repère historique, à une autre dimension l’antique ligue hanséatique.
Si certains s’inquiètent d’une Allemagne qui germaniserait l’euro à son propre profit, il ne faut pas oublier qu’une trop haute force susciterait les froncements de sourcils des nations anglo-saxonnes nerveuses à l’idée d’une unité soit entre les Etats européens soit d’Etats européens sous la férule d’un seul. Bref, l’Euro ne doit pas gêner et moins encore concurrencer le dollar. La Russie escompte beaucoup d’un nouveau rapprochement avec l’Allemagne (Vladimir Poutine apprécie Angela Merkel), de même que la Turquie ce qui nous rappelle quelque peu l’époque wilhelmienne. Quant à la Chine, l’Allemagne est une bonne correspondance en ce sens qu’elle évite l’affrontement en faveur de relations « harmonieuses ».
Reste, enfin, les Allemands eux-mêmes, très attachés au fédéralisme qui perpétue la mémoire d’états défunts (royaumes, duchés, grands duchés, principautés, villes libres) via la conservation d’hymnes et de drapeaux. Les Allemands sont multiples et très attachés à l’état de bourgeois : seraient-ils « plus pépères » qu’on ne le croit..... ?
A première vue, cette élection n’accoucherait pas d’un bouleversement politique général, l’Allemagne est d’argile tout comme les vingt-sept autres de ce continent mais des blocs pourraient s’établir autour d’intérêts communs et définis : se maintiendrait donc la fiction d’une Union européenne traversée par des courants hémisphériques….
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen
 

Aucun commentaire: