Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 31 décembre 2013

« Donner à voir le gouvernement libre ? par Jean-Fabien Spitz » N°1577 6e année

« Recensé : Patrick Boucheron, Conjurer la peur. Sienne 1338. Essai sur la force politique des images, Seuil, 2013, 288 p., 33 €. »
« Comment interpréter la fresque « Du bon gouvernement » peinte par Lorenzetti en 1338 dans le palais communal de Sienne ? Fait-elle l’éloge de la loi qui garantit la concorde dans la cité et protège les individus, ou de la sagesse qui dirige naturellement les hommes vers le bien commun ? 
[….]
Le livre que Patrick Boucheron consacre à la célèbre fresque dite « Du bon gouvernement », peinte par Ambrogio Lorenzetti dans le palais communal de Sienne en 1338-1339, repose sur une intuition très simple : lorsqu’on regarde des images de ce genre, il ne faut se laisser égarer ni par la volonté d’y voir une transcription de textes théoriques dont elles ne seraient que les illustrations, ni par la tentation d’y voir une fenêtre ouverte sur la réalité contemporaine dans laquelle vivait l’artiste. Pour se garder de ces deux erreurs, il faut prendre les images pour ce qu’elles sont : des images justement, des choses visibles, qui ont une force en elles-mêmes et non en vertu de leur aptitude à illustrer un discours ou à imiter une réalité. La fresque de Lorenzetti, qui peint d’un côté les effets de concorde et d’harmonie du gouvernement fondé sur la justice et les vertus, et de l’autre les ravages et les désastres résultant au contraire de la tyrannie — le mauvais gouvernement — et du mépris de la justice, a donc pour objet de donner à voir la réalité de l’une et l’autre forme de gouvernement. C’est en ce sens qu’il s’agit d’une œuvre politique : elle fait circuler le spectateur, de manière « visible, tangible et efficace », des principes des gouvernements aux effets qu’ils engendrent. Il y a loin, donc, de cette performativité politique du visible à la simple représentation d’une abstraction ou au simple décalque d’une réalité extérieure. L’œuvre de Lorenzetti est une « image politique », une image qui entend par elle même produire des effets de conviction ; ce n’est ni l’illustration d’un discours philosophique ni une « vue » de Sienne en 1338 [1].»
La suite ci-dessous :
http://www.laviedesidees.fr/Donner-a-voir-le-gouvernement.html

Jean Vinatier
SERIATIM 2013

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: