Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 5 février 2015

« Ukraine : un jeu de dupes russo-américain par Hélène Nouaille » N°3042 9e année

« « Alors que le gouvernement américain a encore à confirmer la fuite récente révélant, pendant le voyage en novembre de Joe Biden en Ukraine, que, contrairement à la version officielle, les Etats-Unis fournissent déjà une aide létale à Kiev, et n’ont absolument rien dit de la présence de soldats américains – payés par le contribuable ou mercenaires – sur le sol ukrainien, le sujet de légitimer (la fourniture) d’armes létales revient au premier plan de l’agenda de la Maison Blanche » (1). Zero Hedge, qui cite ses sources et reprend les informations du Wall Street Journal (2) s’interroge : « Pourquoi maintenant » ? Avec, question subsidiaire : ce mouvement « incitera-t-il M. Poutine à réduire son soutien aux rebelles pro-Moscou ou à redoubler d’efforts, déstabilisant un peu plus le pays ? ».

Parce que si la version officielle américaine soulignait que les Etats-Unis n’étaient guère soucieux d’escalade guerrière contre la Russie, il est « clair pour quiconque doté de la moitié d’un cerveau » que se livre en Ukraine une « guerre civile par procuration ». 

Il n’en fallait pas plus pour que les appels à la livraison d’armes létales à Kiev se multiplient dans les médias européens. Cependant, le Figaro publiait, le 3 février au matin, un démenti très bref : « Fournir davantage d'armes n'est pas une réponse à la crise en Ukraine, a déclaré mardi soir Ben Rhodes, le conseiller adjoint à la sécurité nationale de la Maison-Blanche. '‘Nous pensons toujours que la meilleure façon d'exercer une influence sur les calculs de la Russie passe par les sanctions économiques qui frappent profondément l'économie russe", a-t-il dit sur CNN. '‘Nous ne pensons pas que la réponse à la crise en Ukraine consiste simplement à injecter davantage d’armes’’, a-t-il ajouté » (3). Ainsi, malgré les enjeux, le président Obama aurait-il tranché pour le statu quo. 

[….]

La suite ci-dessous :


 

 
Jean Vinatier
SERIATIM 2015


 

Aucun commentaire: