Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 5 mars 2017

« La grande solitude de la dynastie hachémite par René Naba » N°4338 11e année



« La Jordanie devrait accueillir, fin Mars 2017, le prochain sommet arabe en substitution au Yémen ravagé par une guerre intestine, alors que le Royaume, longtemps le chouchou des pays occidentaux, paraît comme happé par l’œil du cyclone, à la croisée des chemins, pris en tenaille entre l’Irak et la Syrie, deux pays en pleine décomposition.
Amman avait abrité en 1980 et 1987 deux sommets arabes exclusivement consacrés au soutien arabe à l’Irak dans sa guerre contre l’Iran.
Objet d’une mesure de réclusion de la part des syndicats des pétromonarchies arabes, ce nouveau sommet devrait, dans l’esprit du trône hachémite, rompre sa grande solitude diplomatique à une époque de recomposition régionale, cent ans après les accords Sykes-Picot et de la promesse Balfour portant création d’un « Foyer National Juif » en Palestine.
Deux faits symptomatiques de cette tendance :
·         L’inclusion du Maroc, et non de la Jordanie, au syndicat des pétromonarchies à l’occasion du sommet du Golfe, en Avril 2016. Une mesure significative en ce que la dynastie chérifienne, l’unique monarchie du Maghreb de surcroît non pétrolière, est géographiquement située à l’extrémité du Monde arabe alors que la dynastie hachémite, l’unique monarchie arabe non pétrolière du Moyen-orient, est géographiquement plus proche du Golfe.
·         La superposition de près d’un million de réfugiés syriens à quelque trois millions de réfugiés palestiniens en réduisant à sa portion congrue la population jordanienne de souche, -les bédouins de Trans jordanie-, pourrait inciter des décideurs régionaux et internationaux à cibler la Jordanie comme « patrie du substitution » aux Palestiniens en guise de solde de tout compte d’un conflit qui a gangrené tout le long du XX me siècle et les premières décennies du XXIe siècle.

Ces deux faits font planer le risque d’un isolement stratégique du Royaume hachémite.
Une tendance amplifiée par le fait que le prochain roi de Jordanie, sauf accident de parcours, sera de souche palestinienne, en ce que le propre fils du Roi Abdallah II a pour mère, la Reine Rania, d’origine palestinienne. Et que son éventuelle accession au trône pourrait favoriser cette transmutation dans l’ordre symbolique.
Outre la rivalité légendaire entre Wahhabites et Hachémites, deux créatures du colonialisme britannique du XXe siècle, matérialisée par la lutte entre le Chérif Hussein Ben Ali de La Mecque et Abdel Aziz Ibn Séoud, l’Arabie saoudite tient rigueur de l’abstention de la Jordanie à la curée pétro monarchique déclenchée en mars 2015 contre le Yémen, le plus pauvre pays arabe.
La suite ci-dessous :

Jean Vinatier
Seriatim 2017


Aucun commentaire: