Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 24 mars 2015

« Le monde anglo-saxon en guerre contre l’Europe par Alexandre Latsa » N°3095 9e année


«[….]
L'axe anglo-saxon, fauteur de guerre?
Dans ce groupe, quatre acteurs principaux.
Il y a d'abord l'Angleterre, dont le ministre de la Défense Michael Fallon affirme que Moscou fait planer un « véritable danger » sur les pays baltes. Quant à l'ex-ministre britannique de la Défense Liam Fox, il martèle que les forces de l'Otan doivent « offrir aux Ukrainiens les capacités nécessaires pour se défendre » et notamment des « armes antichars sophistiquées » car la Russie menacerait de dominer l'Europe. Même son de cloche pour l'ancien responsable des services secrets anglais qui affirme que la Russie représente une « menace en tant qu'Etat » pour l'Angleterre.
Il y a le Canada, l'un des acteurs étrangers les plus actifs durant le Maïdan, fait rarement mis en lumière par les médias français, qui vient d'être clairement appelé à l'aide par les autorités ukrainiennes qui affirment se préparer à une « guerre d'envergure » contre la Russie. Et au passage, sans aucun doute, à balayer d'un revers de main les accords de Minsk.
Washington menace de son côté la Russie de sanctions d‘une extrême gravité en l'accusant de faire entrer des chars en Ukraine, ce que pourtant François Hollande lui même dément. Fort de ce mythe médiatique, Washington étudie même la possibilité de livrer des armes à l'Ukraine afin de torpiller la fragile tentative de « quintuple entente continentale » arrachée à Minsk pendant la nuit du 11 au 12 février.
Enfin il y a l'Otan, dont le commandant adjoint de l'Alliance atlantique en Europe, le général Adrian Bradshaw, vient d'affirmer, tout comme l'ex-secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, que la Russie pourrait être tentée d'envahir des pays membres du bloc. Grace à la crise ukrainienne, l'Alliance se redonne une raison d'exister et peut utiliser ses satellites en Europe (Pologne, Etats baltes…) pour constituer un cordon "Otanien" entre Paris, Berlin et Moscou.
La crise en Ukraine a donc permis en quelque sorte l'apparition d'un projet de mur américain, qui remplacerait le mur de Berlin.
[….]


Jean Vinatier
SERIATIM 2015

Aucun commentaire: