Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 29 mars 2015

« "Oui, un Internet européen souverain est possible" Louis Pouzin, co-inventeur d'Internet » N°3100 9e année



« Louis Pouzin, 84 ans, co-inventeur d'Internet (protocole de communications réseau TCP/IP) avec Vinton Cerf dans les années 1970, est aujourd'hui président de l'Eurolinc, association experte sur la gouvernance internationale et le multilinguisme d'Internet. Il dirige aussi Open-Root, une alternative "éthique" à l'Icann.

LA TRIBUNE. Pourquoi avez-vous lancé, il y a plus d'un an, Open-Root pour concurrencer l'Icann dans la vente de noms de domaines Internet ?

LOUIS POUZIN. Serait-il acceptable que les États-Unis gèrent l'annuaire mondial de tous les abonnés au téléphone ? Le monopole de l'Icann est une sorte de racket financier, curieusement toléré par les États (sauf la Chine). Les nouvelles extensions génériques « .book », « .credit », « .sport », « .vin » excluent en pratique une délégation à d'autres firmes que des spéculateurs étasuniens capables de débourser 150 millions de dollars pour s'offrir 300 extensions.
Et si une extension est mondialement populaire, elle devient de facto un monopole mondial hors concurrence. D'où les tarifs abusifs et la capacité de sélectionner les clients de domaines sur des critères opaques.
Comme dans le cas des Gafa, ce système est une réplique de la colonisation par les Européens aux 18e et 19e siècles : appropriation des ressources des colonisés (noms), introduction de règles ou de méthodes profitables aux colons, vente aux colonisés de services ou produits (système de noms de domaines, ou DNS)... constitués de leurs propres ressources.
Le modèle Open-Root que j'ai créé est différent de la location auprès de l'Icann de noms de domaine : nos clients achètent et sont propriétaires des extensions qu'ils choisissent (des "registres" au sens Internet) ; ils peuvent alors créer gratuitement les domaines de leur choix. Nous comptons une trentaine de clients, à majorité des organismes sans but lucratif.

La suite ci-dessous :


Jean Vinatier
SERIATIM 2015

Aucun commentaire: