Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 23 mars 2015

Sarko ne Valls pas avec Marine et les Français s’en gaussent N°3093 9e année



Rarement, nous vîmes une soirée électorale aussi embourbée dans les chiffres et les projections : instituts et médias ont-ils été pris la main dans le sac ? Les électeurs qui boudèrent ce premier tour devront se faire une grande violence pour se déplacer au second le dimanche 29.
Une fois dissipé le brouillard, le champ de bataille laisse clairement émerger un Front national confortant son maillage électoral jusque dans les cantons les plus reculés quand les deux grands partis, tous en coalition, peinent à sauver la face : leurs gibecières sont vides.
Tout cela, pour cela ? Quand on pense aux semaines et aux derniers jours pendant lesquels les citoyens subirent les foudres de Manuel Valls qui s’époumonaient à déverser sa bile envers le Front national oubliant, sciemment que François Mitterrand avait été le grand initiateur de sa résurgence qu’il eut soin de masquer par un SOS Racisme festif. Il omettait de dire ainsi que ce Front si dénoncé et dévêtu de tout habit républicain était, tout de même, un ingrédient indispensable pour tenir le pouvoir et affaiblir l’UMP.
Cependant, le résultat de ce soir et plus encore s’il se confirme dimanche prochain, laissera apparaître le grain de sable, c’est-à-dire le citoyen. Jusqu’alors l’électeur était ramené dans le troupeau avec s’il le fallait quelques taloches et même s’il s’entêtait, une admonestation ; désormais, la coupe semble pleine. Le Front National (mais cela aurait pu être le cas du Front de Gauche) est incontournable tant pour l’UMP que pour le PS : s’il ne devait être qu’un bilboquet pour agrémenter les salons et les boudoirs, c’est raté. Le jouet est maintenant une arme assez redoutable celle du contre-pouvoir qui, au vu de l’état politique français, s’avérera une position hautement stratégique.
Si Manuel Valls nous a imposé un énième numéro de « Soupaloignon y Crouton », Nicolas Sarkozy s’est efforcé de rester modeste les deux  repoussant la blonde sans que leur base respective n’y adhère comme auparavant.
D’ici quelques décennies les historiens s’interrogeront sur le pourquoi de tout ce tintouin autour d’une élection départementale sauf s’ils n’omettent pas de noter et de souligner l’ombre déjà grande du futur traité transatlantique dont les termes et les enjeux incitèrent, alors, les ténors politiques français à démesurer l’enjeu dramatique afin de tenir « ce putain de peuple », cette « chienne de nation » qui ne veut décidément pas crever. Avec les remontées en Europe des identités, locales, communautaires, nationales, religieuses, linguistiques, le simple fait de savoir la France trépignante agace lobbies, Fed et OTAN tous ayant les yeux rivés sur l’annihilation de la Russie et de la Chine.
Les élections départementales sont locales mais tout étant interconnecté, le local a des résonnances longues. Les politiques français d’aujourd’hui n’ont plus la moindre pensée autonome. Ils acceptent de n’être plus que des marionnettes, heureux d’être tenus par de multiples fils invisibles leur laissant l’illusion du texte et du geste…..  


 
Jean Vinatier
SERIATIM 2015

Aucun commentaire: