Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 29 septembre 2009

Edito : Suisse : une « bombe » appelée Polanski –N°536-3e année

Le doux pays des Helvètes sait se montrer rancunier : voilà des mois que les Etats-Unis (et la France) contrarient l’UBS et le gouvernement de Berne pour des problèmes fiscaux et bancaires. Les menaces venues de Washington ont tinté à l’oreille des suisses jusqu’à l’agacement.
Les autorités judiciaires, en arrêtant Roman Polanski, n’ont fait que se conformer au mandat d’arrêt international lancé par les Etats-Unis en 1978. Comme le fait remarquer très justement la journaliste de
La Tribune Sophie Gherardi dans son édito de ce matin, le gouvernement suisse place le Président Obama dans une situation délicate : en graciant le cinéaste tous les extrémistes américains vont se déchaîner rappelant son œuvre sulfureuse ("Le bal des vampires", "Rosemary’s baby") gommant au passage que la jeune épouse de Roman Polanski avait été assassinée par une bande de cinglés en 1969 !
Le gouvernement suisse envoie donc une belle bombe entre les pattes du Président des Etats-Unis lequel fait face aux pires déclarations à son encontre. Samedi un sondage, supprimé après l’intervention des Services, avait même été mis en ligne sur
Facebook : « Obama devrait-il être tué ? » Plusieurs hommes politiques s’alarment du danger de la violence populaire contre l’Etat fédéral !!! En Europe, les médias cachent l’extrême énervement de ce peuple autant révolté contre le projet d’un nouveau système de santé et l’ensemble « Wall Street/FED ». La misère sociale également soigneusement masquée en Europe par les sites d’information ne décroît, hélas, absolument pas.
Les Suisses font montre d’une grande méchanceté envers la Maison Blanche. Mais, les Etats-Unis sont-ils véritablement honnêtes quand ils font pression sur ce pays au nom de la morale alors qu’ils ferment les yeux sur d’autres ? Non.
S’il n’y avait pas eu ces affaires UBS et du secret bancaire Roman Polanski se baladerait tranquillement dans les rues suisses….
Les Suisses ont-ils eu raison de procéder de cette sorte ? Disons qu’ils répondent en se moquant comme d’une guigne des dommages collatéraux. Sans doute oublie-t-on que la discrétion bancaire fait presque partie des institutions et de l’identité helvète ? Le dire ne signifie pas qu’on les approuve.

Jean Vinatier

Copyright©SERIATIM 2009
Tous droits réservés

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Gabon, Géorgie, Guinée, Haïti, Inde, Irak, Iran, Islande, Israël, Kenya, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Qatar, République Centrafricaine , République Dominicaine, Russie, Sénégal, Serbie, Somalie, Suisse, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM & Nouvelle-Calédonie, Polynésie), Ukraine, Uruguay, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: