Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 14 septembre 2009

France Télécom : la chute des corps –N°524-3e année

Vingt-trois suicides en 18 mois ! On chercherait en vain quelle autre entreprise dans le monde disputerait tragiquement ce « score » sur une période similaire avec FranceTélécom ! Souvenons-nous que des faits identiques étaient intervenus chez Renault, ex-régie. La leçon n’a visiblement pas été tirée….
Est-ce que le passage du statut d’entreprise publique à celle de société privée (où l’Etat dispose davantage que d’une minorité de blocage, rappelons-le) suffit à poser les causes du drame ? Sont-ce les concurrences très fortes à travers ce secteur qui forment l’unique source des malheurs intervenus dans l’entreprise la plus productive au monde, dégageant des profits énormes ?
On peut avancer toutes les explications, il est un mot qui devrait figurer sur tous les bureaux des patrons et des managers : Humanité ! Un mot souligné par Chantal Didier dans son édito de
L’Est républicain : « Même si l’organisation du travail doit changer, il y faut de l’explication, du réalisme, la prise en compte des difficultés des salariés. Soit, à la fois du temps et de l’argent, pour que ceux-ci acceptent d’autres tâches, éventuellement dans d’autres lieux, et admettent la fin d’un métier protégé à vie. Or ces conditions sont rarement mises en oeuvre par des managers soucieux d’atteindre rapidement les objectifs qui leur ont été à eux aussi imposés. Un peu d’humanité ne nuirait pas non plus à ces évolutions nécessaires. »
Force est de constater qu’au nom de l’efficacité, du rendement on sacrifie sur l’autel bien des individus : pour quel résultat ? Alors que l’on nous parle avec régularité d’environnement, de « petite maison dans la prairie », le salarié n’est guère plus qu’un instrument rendu docile en raison de la pression exercée par les seuls actionnaires - fonds de pension, d’investissement - lesquels fixent le niveau de rentabilité à atteindre chaque année (culture du résultat) Le harcélement moral, la crainte, enfin, de ne pouvoir trouver un emploi ailleurs ou de partir à la retraite le mettent entre le marteau et l’enclume.
Le pouvoir sarkozien faisant du travail un axe central ne s’attarde guère sur la protection des salariés tant il est en quête de performances. Il gomme l’élément social de l’économie comme l’escompte les apologistes du capitalisme financier. Il est instructif, également, de montrer du doigt la très grande responsabilité du gouvernement Jospin dans toutes les déréglementations intervenues, l’actuel Président de la République n’ayant eu qu’à prendre le relais.
L’Etat se retrouve face à lui-même lié au projet politique de « révolution nationale » enclenchée par Nicolas Sarkozy dont le «
travailler plus, pour gagner plus » est la très petite pointe émergée. La responsabilité étatique dans ces évènements tragiques est patente. L’Etat est non seulement l’ancien « patron » mais toujours l’actionnaire de référence sans lequel on ne choisit pas le PDG : en 2011, le haut fonctionnaire et homme d’affaires, Stéphane Richard, ancien collaborateur de Dominique Strauss-Khan, ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde succédera à Didier Lombard.
Ce qui se produit à FranceTélécom est un condensé de bien des tensions qui existent dans notre pays, FranceTélécom étant au cœur du numérique, des mutations économiques. Il ne fait guère de doute que ces salariés détruits sont en amont d’autres maux.
Les vingt-trois suicides représentent peu comparés à l’ensemble des salariés de cette entreprise, selon ceux qui veulent en atténuer l’effet émotif. Le problème n’est évidemment pas là; ces femmes et ces hommes qui n’ont pu tenir adressent un signal à nous tous. Le prochain dossier concernera La Poste.
Les suicides chez Francetélécom (demain Orange) ne font guère l’objet de véritables reportages : pourquoi cette frilosité ?Est-il un si grand annonceur ?

Le monde n’est pas tendre, celui des affaires moins encore, nul ne le conteste. C’est pourquoi il revient aux Etats, aux élus de veiller très activement à la non-déshumanisation du travail et du travailleur. Un vœu pieu.......


Jean Vinatier

Copyright©SERIATIM 2009
Tous droits réservés

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzegovine, Brésil, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Gabon, Géorgie, Guinée, Haïti, Inde, Irak, Iran, Islande, Israël, Kenya, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Qatar, République Centrafricaine , République Dominicaine, Russie, Sénégal, Serbie, Somalie, Suisse, Thaïlande,Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM & Nouvelle-Calédonie, Polynésie), Ukraine, Uruguay, Venezuela, Vietnam, Yemen

Aucun commentaire: