Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 7 avril 2009

Papillon de Lasphhrise : « Je l’oeilladais mi-nue, échevelée » N°435 - 2eme année

Ce noble de Touraine (1555-1599 ?), militaire de fortune et délicieux poète évoque joyeusement des plaisirs de l’amour tels qu’il les a goûtés. Il eut deux inspiratrices : la première, Théophile, une novice, qu’il ne parvint pas à détourner de sa vocation dont il tira Les amours de Théophile ; la seconde, Noémie qui selon la formule consacrée répondra à son amour. Son recueil, L’Amour passionnée de Noémie –voir les deux poèmes ci-dessous - enchante complètement. Papillon de Lasphrise par sa fougue, sa belle éloquence et son réalisme sans fard, célèbre aussi bien que Ronsard la jeune fille aimée.
Marc Papillon de Lasphrise tomba dans l’oubli jusqu’à sa redécouverte par le professeur Verdun-Louis Saulnier (1917-1980)

1

« Je l'oeilladais mi-nue, échevelée,
Par un pertuis dérobé finement,
Mon cœur battait d'un tel débattement
Qu'on m'eût jugé comme en peur déréglée.
___
Or' j'étais plein d'une ardeur enflammée,
Ore de glace en ce frissonnement.
Je fus ravi d'un doux contentement,
Tant que ma vie en fut toute pâmée.
___
Là folâtrait le beau soleil joyeux,
Avec un vent, Zéphyre gracieux,
Parmi l'or blond de sa tresse ondoyante,
___
Qui haut volante ombrageait ses genoux.
Que de beautés ! mais le destin jaloux
Ne me permit de voir ma chère attente. »


2

« Ha Dieu ! que j'ai de bien alors que je baisotte
Ma jeune folion dedans un riche lit
Ha Dieu ! que j'ai de bien en ce plaisant conflit,
Perdant mon plus beau sang par une douce flotte.
____
Ha Dieu ! que j'ai de bien lorsque je la mignotte,
Lorsque je la chatouille, et lorsqu'elle me rit.
Ha Dieu ! que j'ai de bien quand j'entends qu'elle dit
D'une soufflante voix : " Mon mignon, je suis morte !
___
"Et quand je n'en puis plus, ha Dieu ! que j'ai de bien
De faire la moquette en m'ébattant pour rien.
Ha Dieu ! que j'ai de bien de pinçotter sa cuisse,
___
De lécher son beau sein, de mordre son tétault,
Ha Dieu ! que j'ai de bien en ce doux exercice,
Maniant l'honneur blond de son petit tonneau. »


Jean Vinatier

©SERIATIM 2009

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr

Sources :

« L’Amour passionnée de Noémie » in Les premières oeuvres poétiques du capitaine Lasphrise avec des poésies de Le Plessis-Prevost, de Sonan, L'Ormois, de Masere, Paris : J. Gesselin, 1597


Les Amours de Théophile et l’Amour passionnée de Noémie.
Ed. crit. par M. Callaghan. Genève, Droz, 1979,

Aucun commentaire: