Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

samedi 16 juillet 2016

Erdogan l’homme toupie N°4214 10e année



La nuit du 15 au 16 juillet 2016 aura été bien sanglante et tumultueuse à Istanbul et Ankara : un groupe d’officiers a tenté de démettre le Président Erdogan. Mais était-ce seulement une conjuration du petit nombre ? Des dizaines de généraux et officiers généraux démis de même que 3000 juges. Nous saurons dans les jours à venir que cette conjuration quoique mal préparée comptait un réseau plus divers et fourni. Ce jour, Erdogan accuse formellement son ancien gourou, Fethullah Gülen, réfugié aux Etats-Unis depuis 1998, d’être la tête pensante des événements actuels et vient de sommer la Maison Blanche de faire procéder à son extradition.
Habitué à suivre les humeurs turques, serais-je surpris d’assister à un nouveau spectacle qui autorise une question : Erdogan a-t-il été réellement surpris par le coup d’état ? L’homme est assez habile et cynique pour savoir laisser aller ses adversaires vers la faute. Le Président Erdogan, n’est-il pas dans une logique de vouloir concentrer le maximum de pouvoir entre ses mains, ne fait guère mystère de se doter d’une constitution quasiment bonapartiste ? Delà à ce qu’il rêve sultan……Ne lui fallait-il pas, en quelque sorte, un « duc d’Enghien » ?
Quel que soit l’avis sur la situation turque, ce pays d’entre les deux continents s’illustre par son instabilité et ses multiples fractures. Le Président Erdogan a, depuis longtemps éliminé ce qui restait de kémalistes militaires, seul faisait ombre un courant musulman compatible avec la modernité libérale et « le vivre ensemble », représenté par Fethullah Gülen qui nie formellement toute participation au coup d’état.
Il y a déjà deux choses que l’on peut écrire : d’abord l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne est compromise, ensuite, la politique turque vis-à-vis de la Syrie obliquera-t-elle dans un sens plus favorable à Bachar Al-Assad et donc aux Russes et aux Iraniens ? Ou bien approfondira-t-il  ses liens avec les monarchies wahhabites  ce qui le placerait évidemment sur le chemin d’une islamisation plus profonde ?
Renforcé sur le moment par l’échec du coup d’état,  jouissant d’une réelle popularité auprès des classes modestes et moyennes en les fixant, notamment sur le cas kurde sera-t-il tenté par une transformation institutionnelle radicale, osera-t-il quitter l’OTAN si la Maison Blanche refusait de lui livrer, ce qui est sûr, Fethullah Gülen ? Il a pour l’heure, le fameux coupable parti de l’étranger pour asseoir sa personne. Quoi qu’il en soit, la question syrienne et les migrations vers l’Europe vont nous ouvrir de nouvelles combinaisons lesquelles pourraient par ricochet satisfaire Vladimir Poutine. Erdogan dispose d’atouts maîtres ce qu’il fera de ce jeu le hissera ou le précipitera.

Jean Vinatier
Seriatim 2016



Aucun commentaire: