Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

samedi 2 juillet 2016

« La voix du citoyen par Charles Lebrun » N°4197 10e année



La voix du citoyen est une publication réalisée à la veille de l’ouverture des Etats-Généraux en 1789 par Charles Lebrun (1739-1824), futur architrésorier de l’Empire et duc de Plaisance. Homme de confiance du chancelier Maupeou qui opéra sous l’autorité de Louis XV la mise au pas des Parlements en janvier 1771 et qui vit inquiet, Louis XVI y renoncer en novembre 1774.
Observateur lucide de la marche des événements, pressentant la tragédie, il entendit par cette brochure assembler ses réflexions sur ce moment qu’il jugeait évidemment historique à savoir la réunion des Etats-Généraux. Royaliste, il le resta de cœur malgré les honneurs reçus sous l’Empire et surpris, comme Charles-Maurice de Talleyrand d’avoir survécu à l’effondrement d’une société et à la mise mort d’une légitimité sacrée.
Je vous propose le début et la fin de La voix du citoyen :

« Une révolution préparée par un long enchaînement de fautes et de malheurs, forcée enfin par la nécessité, va changer ou régénérer la constitution de ma Patrie.
Tant que cet événement a été reculé, tous les efforts se sont réunis pour renverser les barrières qui semblaient en arrêter la marche.
Le caractère le plus auguste ne sera plus dans les magistrats que le gage de sa confiance, le prix des talents et des vertus.
Une sage discipline les rappellera sans cesse aux lois de leur état et de leur devoir.
[Le sanctuaire de la justice ne sera ouvert ni à l’opportunité ni à la faveur ; Sa Majesté veut que le choix de ses officiers éclaire et prépare le sien.
Cette autorité quelle venge avec éclat quand elle est méconnue, elle aime à la communiquer à des magistrats fidèles et respectueux et elle n’est jalouse de ses droits que pour assurer le bonheur de ses peuples].
Quand ces barrières sont tombées, la division commence, et, à la vue des débris (de cette administration) qu’il faut partager, chaque Ordre, mécontent de la portion que lui assignent sa position et ses forces, balance, mesure d’un œil jaloux les droits et les prétentions des autres Ordres, et semble prêt à repousser une constitution qui dans le lointain s’offrait avec tant d’éclat et d’avantage.
Détaché depuis longtemps de la chaîne générale, je n’ai été jusqu’ici sue le spectateur des mouvements qui agitaient mes Concitoyens.
Je ne suis point doué de cette imagination ardente qui s’exagère les rigueurs de la servitude ou les douceurs de la liberté ; j’ai toujours redouté pour le siècle à j’avais à vivre les secousses soudaines, les changements impréparés qui cimentent du sang des pères le malheur ou la gloire de leur postérité.
Ce n’est pas que je puisse aussi m’élever à la hauteur d’un homme libre. Mais j’aurais voulu y arriver par des gradations ménagées ; j’aurais voulu que des Ministres sages, dévoilant à leur Maître le secret d’un avenir sur lequel réunissaient tant de clartés, lui eussent inspirés d’abaisser son trône quand il le pouvait sans l’avilir, et d’asseoir des mains de l’autorité même la borne immuable où devaient s’arrêter et l’autorité du Prince et les prétentions des Sujets.
Oh ! si ce Ministre insouciant (Maurepas), qui ne fit du pouvoir suprême que le hochet de sa vieillesse, eût apporté de sa longue retraite les pensées d’un homme d’état mûries par l’expérience et la méditation !
Si dans ces premiers moments où une jeune Nation enivrée courait au-devant d’un nouveau joug, un Roi jeune environné des illusions de l’espérance, de tout le bonheur, de toute la gloire dont nous composions son règne, eût daigné s’asseoir au milieu de cette nation !
C’était alors qu’une administration éclairée aurait pu, en dépouillant les formes despotiques, donner au Gouvernement plus de force et de vigueur, renverser des mains des peuples ces obstacles nés de l’abus et de l’impuissance qui, heurtant à chaque pas la marche de l’autorité, la rejetaient plus pesante sur tout ce qui ne résistait pas à sa faiblesse, établir d’utiles contrepoids ; lier d’une chaîne commune tous les Ordres, et  pourtant les relever tous ; confondre dans un seul intérêt les intérêts de toutes les provinces, et créer enfin une Monarchie.
Si cet autre Ministre (Vergennes ?), qui connut, dit-on le secret des forces de l’Europe et oublia d’étudier celles de la France, eut arrêté sur nos finances, sur le développement du caractère national, quelques-uns de ces regards qu’il perdait sur le reste de l’univers, sans doute il eût pu réunir les esprits au pied d’un trône qu’environnaient encore quelques rayons de gloire, et d’une main assurée poser les fondements d’une constitution nouvelle.

[…..]
Je laisse à d’autres le pénible et inutile soin de tracer la marche de la Nation, de fixer l’ordre de ses délibérations et de marquer les écueils semés sur sa route. C’est de vous Sire, et de vous seul, que j’attends le bienfait de cette heureuse constitution qui doit lier, par d’indissolubles nœuds, le pouvoir suprême et la liberté publique. Elle est nécessaire à votre cœur autant qu’à nos intérêts ; et Votre Majesté la désire comme le monument le plus solide de sa gloire et le gage le plus assuré de son repos. Si nous reportons nos regards sur quinze années d’un règne commencé sous les plus heureux hospices, nous la verrons toujours suivre avec inquiétude les mouvements de l’opinion publique, incliner, pour ainsi dire, son sceptre à sa voix, et chercher à son autorité l’appui du vœu général.
Mais l’opinion vraiment publique, le vœu vraiment général, ce n’est qu’au milieu de la Nation assemblée qu’ils se forment et se font entendre sans équivoque et sans obscurité. Hors de là, vous ne trouverez, Sire, que le murmure de l’intérêt particulier, l’expression [sinon] infidèle, du moins l’expression toujours suspecte des sentiments de vos sujets. Entouré du seul conseil qui ne peut vous tromper, vous déploierez désormais, sans crainte, un pouvoir qu’une triste expérience vous avez appris à redouter ; et, par une seule loi, vous aurez assuré, pour jamais, la tranquillité de votre règne et le bonheur des générations futures.
FIN »


Source :
Villette (Patrice de Chantemerle de) : Charles-François Lebrun (1739-1824).Troisième consul, prince architrésorier de l’Empire, Duc de Plaisance. Edition à compte d’auteur, Paris, 2014, pp.532-533 ; 565.

L’auteur est un descendant de Charles-François Lebrun. L’ouvrage est bien davantage une compilation de sources, de textes, de citations qu’une biographie.

Jean Vinatier
Seriatim 2016

Aucun commentaire: