Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

vendredi 23 novembre 2018

« La veille du 24 : allez chercher Macron »….N°4581 12e année


Si l’on suit les médias, les gilets jaunes disparaissent, s’épuisent alors que l’exact inverse s’opère : les « gueux », les « sans-dents », ceux qui puent le diesel, s’organisent, soutenus par les populations : ils sont réapprovisionnés, des cabanes sont bâties aux ronds-points et carrefours. Les voitures particulières passent les barrages au ralenti, les camions seuls sont arrêtés.
Le gouvernement autorisera une manifestation le samedi 24 au Champs de Mars, une nasse pour emprisonner une foule, il serait donc étonnant que tous les gilets jaunes s’y retrouvassent. La logique de leur révolte voudrait qu’ils se rependissent dans tout Paris, en petits groupes d’abord pour disperser les forces de l’ordre, ensuite impliquer les Parisiens qui vivent dans une bulle bobo, enfin éviter que les Blacks blocs ne s’infiltrent et commettent en leur nom tous les dégâts possibles qui leur seront reprochés par l’exécutif ! Pendant ce temps, bien évidemment des défilés gilets jaunes se feront sur tout le territoire.
Leur révolte qui va jusqu’à la Réunion où l’armée est envoyée…contre des Français, place les partis politiques, les syndicats sur la défensive. Si la révolte s’évanouit, ils la moqueront, si elle se régénère, ils chercheront à en prendre la direction d’une façon ou d’une autre. Partout les bases ne manifestent pas les mêmes précautions que les centrales syndicales et les états-majors politiques, le ras-le-bol est descendu tout en bas pour balayer l’ensemble de la population et pas seulement comme l’écrit avec dédain Le Monde, la seule « petit classe moyenne ». Si pour l’heure les banlieues ne bougent pas, jusqu’alors tous les manifestants sont blancs, ce calme est trompeur car dès l’instant où le pouvoir affichera des accommodements, bien des écluses s’ouvriront. L’exécutif peut-il prendre le risque d’une répression féroce quand des flottements apparaissent parmi des policiers et des CRS ?
Dans ce climat très incertain, l’Elysée a trouvé le moyen de mécontenter les élus périphériques l’Association des maires : d’abord en annonçant qu’Emmanuel Macron n’irait pas, avant de se résigner à y envoyer un discours avant de sélectionner deux mille édiles pour les convier au Palais où il trouva le moyen de les faire poireauter trois quart d’heure !
Les Français soutiennent massivement les gilets jaunes, encore faudrait-il que ce soutien s’affirme publiquement. Il y a des hésitations, des blocages mentaux tellement on nous bassine avec les idées bienpensantes qui contraints à aimer tout le monde, parce que l’autre est forcément une victime, forcément une minorité, c’est la  dictature du Bien, du Bien totalitaire pour l'intérêt d'une aristocratie autoproclamée.
Nous sommes devant un événement inédit. Patrick Sébastien l’animateur le plus populaire de France, tout récemment viré de France Télévision twittait hier : « Les gilets jaunes qui sont dans la rue, c’est ma France »

Jean Vinatier
Seriatim 2018

Aucun commentaire: