Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 26 novembre 2018

Les Gilets jaunes et le bal des débutantes N°4589 12e année


Samedi 24, les Champs-Elysées laissés en plein accès aux gilets jaunes afin que l’affrontement se fit et que parmi eux s’infiltrent des « casseurs »d'extrême droite, antifas ou Black bloc pour affaiblir la popularité de la révolte mais, loin de se but auquel songeait le gouvernement, c’est le raidissement et l’envie de tenir qui primèrent. Les barricades dressées sans réfléchir, avec cet élan tout historique, il y avait un air de « c’est la faute à Voltaire » qu’eussent entonné des centaines de « Gavroche ». C’est un acte tout à fait réconfortant, tout n’est donc pas mort en France : la barricade reste. Du jamais vu depuis 1968.
A quelques centaines de mètres des Champs, au Shangri-la se tenait le bal des débutantes animé par Stéphane Bern là dans ce palace installé dans l’ancien hôtel du prince Roland Bonaparte, en face du Conseil économique et social et à peu de pas de l’ambassade d’Iran, bourdonnaient les jeunes, filles et hommes bien nés du mondialisme pour lesquels l’aéroport est une station de métro. Cette année le bal se flattait d’aider les enfants d’Asie et l’enfance malheureuse, un thème entretenu par des Grecs fortunés entre Londres et New York. Depuis ce lieu, comme sur le Titanic, on n’entendit pas le moindre craquement et moins encore que les grandes causes charitables étaient à quelques mètres. Mais par un coup de chance, les gilets jaunes  ne surent pas que le Shangri-la accueillait tout ce que Emmanuel Macron vante, les no-borders, les très riches, les seuls qui méritent une écoute et la bienveillance. On manqua de peu le fracas.
Ainsi, un même jour deux mondes se frôlèrent, la nuit fut se brouillard qui évita l’éperonnage……Pas le ministre de l’Intérieur, en plein brouillard puisqu’il voyait un 6 février 1934 quand Gérard Darmanin y percevait  une « peste brune » : décidément les Champs Elysées sont des champs hallucinatoires pour cet exécutif complétement largué et haï.
Les gilets jaunes, cette révolte des Blancs, soutenus par presque 80% des Français ont choisi huit délégués nationaux quand Emmanuel Macron daigne un pacte social pour les « classes laborieuses » autrement dit, les classes dangereuses, la France faisant un bond en arrière en plein règne de Louis-Philippe Ier. Il n’est guère étonnant que les déclarations présidentielles de mardi ne suscitent pas a priori d’enthousiasme.
Ce samedi 24 novembre, on pourrait écrire qu’au bal des débutantes correspondrait un autre bal celui des barricades très nationales, les Champs-Elysées étaient couverts de drapeaux, tricolores, de Bretagne et même des fleurs de lys….à l’instar de toutes les provinces de notre pays où les gilets jaunes étaient le Peuple.

Jean Vinatier
Seriatim 2018




Aucun commentaire: