Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 19 mai 2014

« La France, l’Europe et l’Histoire » par Jacques Sapir N°1804 8e année

L’article est très bon mais je suis moins d’accord avec l’auteur sur la  germanophilie  supposée de l’actuel exécutif français. Il est d’abord et avant tout un collaborateur au service de la politique américaine. Angela Merkel contrôle de moins en moins une Allemagne travaillée par le doute et la crainte. La chancelière voit bien, également, que le rapprochement sino-russe pourrait coûter au patronat, de même que le sommet à venir des BRICS en Argentine en juillet prochain serait source d’un basculement….à moins que l’Allemagne ne les rejoigne….
Voir aussi l’article de Philippe Grasset.

 
Jacques Sapir :

" Deux évènements importants ont lieu en cette fin de semaine de mai, la conférence de Paris sur la situation au Nigéria[1] et la tentative de conférence de réconciliation qui se tient en Ukraine. A priori, il n’y a aucun lien entre ces deux initiatives. Et pourtant, elles éclairent d’un jour crû les faux-semblants dans lesquels la France s’enfonce. Elles éclairent la vision de notre Président, M. François Hollande, et pourquoi il commet un contresens terrible et nous fait sortir de l’Histoire.
[….]
Il faut s’interroger sur cette politique de destruction de la France, sur cette germanophilie aux relents bien sombre, sur ce discours qui nous renvoie à la période de l’occupation. Une partie de l’élite française a pris son parti du désastre militaire de juin 1940… Mais il faut tout d’abord s’y opposer. Il faudra donc, lors du scrutin européen du 25 mai, faire en sorte que pas une voix ne se porte sur le PS, sur l’UMP ou sur les partis qui sont leurs alliés dans la mise en place de ce funeste projet, l’UDI et EELV. La défaite du « bloc des 4 » européistes sera le début du renouveau, de la France et des européens. »
La suite ci-dessous :
http://russeurope.hypotheses.org/2292

 
Philippe Grasset : « L’Allemagne et l’ombre de 1981-1982 »
« […..]

« Ce qu’il faut considérer, sans aucun doute, c’est la résilience de la mauvaise humeur allemande, qui semble transgresser tous les tabous du genre, y compris l’habitude germanique de la discipline que l’excellente Merkel ne parvient plus à imposer dans les rangs. Il est vrai que même elle, l’excellente Merkel, plaide pour la politique des sanctions bien contrainte et tout aussi forcée, en dissimulant difficilement le peu de goût qu’elle en a. Lorsque nous évoquons les fameuses années 1981-1982 du débat des euromissiles où l’Alliance faillit voler en éclat, ce n’est pas gratuitement. On sent le public allemand proche de cette sorte d’envolée, qu’on qualifiera d’ailleurs d’irrationnelle (comme le fut toute la poussée antinucléaire de ces années-là) même si l’on ne manquerait pas de s’en féliciter hautement et de la juger évidemment fondée, voire légitime ; en effet, dans cet univers conduit par une raison évidemment subvertie, l’irrationalité vous a parfois, et même souvent, des allures de bon sens... Et puis, hein, tout de même, Hollande n’est pas Mitterrand ; ils sont de planètes différentes, avec Hollande en gardien de parking de troisième sous-sol, et l’on voit mal le tambour martial mais made in NATO des Français venir à la rescousse de la courageuse et travailleuse Angela.

Par conséquent, le “risque allemand” est aujourd’hui réel et, potentiellement, bien plus considérable qu’en 1981-1982, – décidément, l’analogie, une fois qu’elle s’est signalée, ne quitte plus l’esprit. On ajoutera que Poutine n’est pas le vieux débris Brejnev, la Russie n’est pas l’URSS et les régiments russes sur la frontière ukrainienne sans le moindre rapport avec les SS-20 du début des années quatre-vingts... On dira même, surprise ô surprise, qu’Obama n’est pas Reagan, ce qui revient à dire que l’ahuri acteur de série B hollywoodienne était tout de même moins mauvais que le brillant professeur de droit constitutionnel de Chicago. En d’autres mots, l’analogie s’arrête vraiment là où le danger réel commence, avec une Amérique totalement ivre d’hystérie et d’aveuglement, camée à l’inculpabilité et à l’indéfectibilité (voir par exemple le 7 mai 2011), totalement embourbée dans la paralysie de son pouvoir, emportée dans l’inconscience et l’irresponsabilité de ses petits soldats-Système, de Nuland à Samantha Power. Le Bloc BAO devrait réunir l’un ou l’autre pow-wow transatlantique, car le danger est grand d’une redoutable fracture transatlantique, une de ces fosses océaniques qu’on craignait tant lorsque la politique sérieuse la prévenait presque à coup sûr, et qui pourrait s’ouvrir béante et complètement inattendue alors que le susdit bloc BAO est convaincu par lui-même de tenir le monde dans ses mains. »

La suite ci-dessous :
http://www.dedefensa.org/article-l_allemagne_et_l_ombre_de_1981-1982_19_05_2014.html

 

Jean Vinatier
SERIATIM 2014

 
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto-Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Panama, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

 

Aucun commentaire: