Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 7 mai 2014

Nègre : « Au cœur de la race » N°1784 7e année

Michel Agier fait la critique de l’ouvrage de l'universitaire sud-africain, Achille  Mbembe « Critique de la raison nègre ».

 
"En 2010, Achille Mbembe, Professeur d’histoire et d’études politiques à l’Université du Witwatersrand de Johannesburg et à Duke University (Département des études romanes), avait lancé un appel à la « déclosion du monde », à « sortir de la nuit de l’identité » et à reconnaître « à tous le droit universel d’hériter du monde dans son ensemble » afin de rendre possible une « polis universelle » [1]. L’horizon d’une « pensée-monde » aurait en outre pour moyens : la relation, le décentrement et l’Ouvert [2]. Encore restait-il à « liquider l’impensé de la race » [3] et, pour ce faire pleinement, sans reste, à considérer que l’épuisement du concept (la race) et de la substance qu’il a créée (la fiction du nègre) est l’affaire de tous et non des seuls Africains ni des seules personnes à la peau noire dans le monde. À considérer aussi que c’est une question du temps présent et pas seulement un résidu du passé.

De ce point de vue, Critique de la Raison nègre [4], trois ans après Sortir de la grande nuit, tient parfaitement la promesse de dire et défaire les mots, les contextes et les « délires » qui ont permis, tout autant que voilé, les douleurs de la violence raciale. Le projet avait été annoncé déjà dès 2000 dans l’ouvrage De la postcolonie [5] qui s’en prenait à la « visée destructrice dont la race est porteuse », dont la mise en esclavage et l’assujettissement colonial furent les matrices. Mais si De la postcolonie s’intéressait à la transition post-coloniale, les deux projets suivants et surtout Critique de la Raison nègre cherchent à monter en universalité, en élargissant les contextes pris en compte (notamment par une attention nouvelle au cadre de l’apartheid) et en creusant plus loin dans l’histoire et dans l’inconscient littéraire les fondements de la fabrique nocturne de l’identité nègre. Dans le même temps, ce dernier ouvrage cherche aussi dans cette « nuit » même du « sujet de race » ce qui peut ou a pu non seulement le maintenir en vie mais aussi le faire aujourd’hui se retourner, se « déclore » (c’est-à-dire sortir de l’enfermement que la fiction de la race impose à toute tentative de subjectivation) et ainsi s’inclure dans le projet d’un monde commun dont on peut dire que la difficulté même de tous les racialisés à s’y inscrire est la preuve de son état inachevé sinon tout juste embryonnaire.
[....]"

La suite ci-dessous :
http://www.laviedesidees.fr/Au-coeur-de-la-race.html

 
« Recensé : Achille Mbembe, Critique de la raison nègre, Paris, La Découverte, 2013, 224 p., 21€.

 
Jean Vinatier
SERIATIM 2014


Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto-Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Panama, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: