Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 18 mai 2014

Narendra Modi ou l’Inde mondialisée et globalisée ? N°1801 8e année

L’ère des Nehru et Gandhi inaugurée depuis l’indépendance s’achève ou sinon s’accélère avec l’arrivée un pouvoir de Narendra Modi lequel n’appartient pas à cette bourgeoisie anglo-indienne qui servit de relais entre l’empire des Indes et la république indienne. Affaiblissement d’une « caste » alors même que l’anglais restera la langue de correspondance entre toutes les populations indiennes dont la moitié ne comprend ni entend l’hindi.
Nationaliste, hindou pratiquant, avocat de l’économie de marché, Narendra Modi se voit sommer de préserver l’entente avec les indiens musulmans. Une attaque qui vise, surtout, à ce que l’hindouisme ne se trouve pas par lui-même un capitalisme de marché hermétique à celui imposé par les anglo-saxons et qui rendrait autonome la plus peuplée des démocraties. L’hindouisme n’est pas du tout en cour dans les cénacles financiers « occidentaux », il y est vu, non sans raison, comme un obstacle au free business à l’inverse de l’islam jugé compatible avec l’économie de marché selon nos codes. Si à la Chine qui préserve un capitalisme particulier, s’ajoutait celui  de l’Inde, ce serait une évolution intéressante qui viendrait beaucoup à compliquer le maintien de l’unilatéralisme américain.
L’hindouisme ou philosophie sans prophètes, sans dogmes centraux, aux dieux multiples est en tout point différent des religions monothéistes : il en est l’exact opposé et par nature difficilement saisissable selon nos normes.  Il englobe autant les sphères privées que publiques : il  en est une somme, un total on ne peut plus déstabilisant. On peut dire que chaque Indien hindou est son propre centre ce qui fait beaucoup à comprendre. L’hindouisme dans cette nouvelle Inde, qui se défait totalement du passé anglais, entre dans la mondialisation silencieusement et globalisé via les nombreuses communautés sur tous les continents : une aura bien évidemment appelée à croître au même titre que l’Islam.
Le nationalisme indien et hindou que l’on suspecte chez Narendra Modi n’apparaît pas comme une incongruité. Il est bien normal que l’Inde trouve sa place, marque ses frontières, frontières que l’occupant anglais dessina, ajoutant avec perfidie, deux Indes latérales, le Pakistan et le Bengladesh, afin de la clore  et de faire sentir à son ancienne possession que l’islam jouerait un rôle de gardien alors même que l’invasion arabe par sa violence  a constitué un traumatisme jamais cicatrisé dans la mémoire indienne : du vice so british !
Narendra Modi n’est donc pas un successeur de Gandhi ou de Nehru, il devrait être le début d’une histoire neuve. Cette Inde hindoue acquise à la mondialisation a sa propre globalité qui décontenancera : saura-t-elle se défendre et s’assumer ? L’Inde, puissance énigmatique et compliquée par les nombreuses castes qui emprisonnent autant qu’elles façonnent les habitants de la démocratie la plus nombreuse au monde. C’est un fait, l’Inde se déploie, pareille à la Chine, à la Russie,  ces vieilles civilisations aux racines bien intactes.


Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2014

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto-Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Panama, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen


Aucun commentaire: