Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 26 juin 2008

Grand Paris ou Ile-de-France capitale ? N°235 - 1ere année

« Nous devons inventer un art de vivre dans le Grand Paris, il faut que l'on puisse dire qu'il y a quelque chose de particulier à Paris, soit dans la façon de se loger, soit dans la façon de se déplacer, tout simplement qu'il y existe un art de vivre ensemble, et c'est à nous d'en jeter les bases ». La remarque de Christian Blanc, secrétaire d’Etat à la Région Capitale, ne risque pas de passionner les foules ou de leur faire comprendre l’enjeu. Est-ce exprès ?
Le Président de la République lance, en 2007, l’idée du Grand Paris, aussitôt, l’opposition de gauche se méfie. Mais, le maire de Paris s’y rallie (en traînant les pieds) à l’inverse de Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d’Ile-de-France.
Lorsque l’on prend la peine de réfléchir au projet de la réforme complète de la gouvernance parisienne, on note bien l’impossibilité de séparer la ville de Paris de la région Ile-de-France, l’une ne va pas sans l’autre. En retenant l’idée d’un Grand Paris, Bertrand Delanoë, subit la volonté politique du Président de la République à laquelle il ne possède pas encore la parade.
L’Elysée a nommé un secrétaire à la Région Capitale tout en parlant de Grand Paris : n’est-ce pas indiquer qu’outre la transformation de Paris, il concentre ses réflexions sur la place parisienne dans l’Ile-de-France ? Une région peut-elle être Capitale ? Dans la mesure où les symboles du pouvoir, la représentation nationale, et le corps diplomatique y résident, ne l’est-elle pas?
Aujourd’hui, les propositions politiques ne manquent pas : du sénateur Dallier (UMP)¹ à Pierre Mansat, adjoint au maire de Paris². Nicolas Sarkozy a reçu le 4 juin 2008 les dix cabinets d’architectes retenus pour qu’ils présentent un premier projet en décembre prochain³. Entre ceux qui veulent réunir ou pas la petite couronne à Paris, ceux qui veulent déplacer les lieux de pouvoir parmi les « forts de Paris » (Roland Castro) ou étendre la ville jusqu’au Havre, il y a de quoi donner le tournis. Devant la grogne des élus locaux, Christian Blanc a répondu positivement à la création d’un « syndicat mixte ». La tactique ne serait-elle pas de calmer les esprits et d’encourager tous les discours (nécessaires) autour des inégalités territoriales et sociales et sur les zones de densité de la population ?
L’enjeu véritable ne semble pas être de savoir de combien Paris s’agrandira ou pas mais, plutôt, d’harmoniser l’Ile-de-France et Paris afin d’avoir une région capitale. En effet, nous ne sommes plus à l’époque du baron Haussmann qui annexa une vingtaine de villages ou gros bourgs pour faire d’un coup un Paris moderne pour l’époque. Regardons simplement l’importance de la Défense, visible d’un bout à l’autre de Paris pour comprendre que l’enjeu présidentiel dépasse logiquement la surface parisienne. Ce qui est valable pour l’axe est-ouest l’est pour celui nord-sud : Issy-les-Moulineaux et la plaine Saint-Denis comptent de très nombreuses sociétés.
C’est bel et bien la région qui doit devenir capitale et non Paris stricto sensu. Après tout ne pouvons-nous pas innover dans le concept de capitale ? Pourquoi s’en tenir à une seule ville quand on sait que le
Greater London Authority qui coiffe la cité de Londres depuis 1965, s’étend sur des dizaines de kilomètres et a donné naissance à la région de Londres en 1994. La réalisation britannique a d’abord pris en compte l’espace du territoire avant de redéfinir la ville de Londres qui a élu, pour la première fois, son maire au suffrage universel en 2000. L’exemple anglais est à méditer.
Si l’objet de l’Elysée était de construire une région capitale, également la capitale de la France, autour d’un pool de régions, l’ambition ne manquerait ni d’audace, ni de courage. On ne douterait plus que le projet dit du « Grand Paris » aurait, à terme, des conséquences nationales. L’Ile-de-France capitale serait-elle le ballon d’essai pour un autre projet politique celui du territoire complètement repensé avec une nouvelle mise en perspective des communes, des départements et des régions ? La question mérite d’y réfléchir.
Christian Blanc a indiqué l’année 2030 pour réaliser le projet parisien et francilien, nous sommes, en 2008, au début de l’ouvrage.


©Jean Vinatier 2008
Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr


Sources
:

1-
http://blogs.senat.fr/grandparis/index.php
http://parisbanlieue.blog.lemonde.fr/

2-
http://parisbanlieue.blog.lemonde.fr/2007/08/03/entretien-avec-pierre-mansat-autour-d%E2%80%99un-grand-paris-il-faut-avoir-des-politiques-qui-soient-a-l%E2%80%99echelle-de-la-vie-des-gens/

3-
http://www.lexpress.fr/culture/architecture-patrimoine/architecture/sarkozy-lance-le-grand-paris_507611.html

Aucun commentaire: