Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 4 décembre 2008

Walt Whitman : « Ô Étoile de France » N°353 - 2eme année

Né à Long Island, Walt Whitman (1819-1892) est un autodidacte qui exercera plusieurs métiers (instituteur, journaliste, imprimeur) avant de publier son chef d’œuvre, Feuilles d’herbe (Leaves of grass) en 1855. Recueil poétique salué par Emerson comme le point de départ de la poésie américaine celle de l’Amérique démocratique. Waltman exprime ses émotions de façon crue et directe à la différence de son contemporain Dickinson plus ironique.
Poète patriote dans son hommage à Abraham Lincoln,
« O captain ! My Captain » (Voir le film « Le cercle des poètes disparus ») il suscita la controverse autour de son homosexualité dont l'auteur s’offusqua alors qu’elle est présente dans ses œuvres, « We Two Boys Together Clinging » et surtout « Calamus » (personnage de la mythologie grecque qui souffrit la mort de son amant Carpus)
Dans les années 1970 le mouvement d'émancipation homosexuel américain fit de Whitman son porte-drapeau avec Jean Genet.
Le poème
« Ô Etoile de France » date de1870 après la défaite de Napoléon III devant les Allemands et le début su siège de Paris. Walt Whitman pousse à sa manière son cri qui n’est pas sans grandeur et garde toute sa modernité. Il n'est pas certain que le Président des Etats-Unis le récite en se rasant (lol)
La traduction est d’un grand poète français mort jeune, Jules Laforgue (1860-1887)


« Ô Étoile de France
Le rayonnement de ta foi, de ta puissance, de ta gloire,
Comme quelque orgueilleux vaisseau qui si longtemps mena toute l'escadre,
Tu es aujourd'hui, désastre poussé par la tourmente, une carcasse démâtée ;
Et au milieu de ton équipage affolé, demi-submergé,
Ni timon, ni timonier.
________

Étoile sinistrement frappée,
Astre, non de la seule France, symbole de mon âme ses plus précieuses espérances,
Lutte et audace, divine furie de liberté,
Astres d'aspirations vers l'idéal lointain, rêves enthousiastes de fraternité,
Astre de terreur pour le tyran et le prêtre.
Étoile crucifiée, vendue, par des traîtres,
Étoile palpitante sur un pays de mort, héroïque pays,
Étrange, passionné, railleur, frivole pays !
Malheureuse ! Mais je ne veux pas te blâmer, maintenant, pour tes erreurs, tes vanités, tes péchés ;
Ton infortune et tes souffrances sans exemple ont tout racheté,
Et t'ont laissé sacrée.
Parce que, dans toutes tes fautes, ton but fut toujours haut placé,
Parce que tu ne te serais jamais vendue quelque grand que fût le prix,
Parce que certainement tu te réveilles de ta mauvaise ivresse et pleurante,
Parce que seule parmi tes sœurs, toi géante, tu déchiras ceux qui te déshonoraient,
Parce que tu ne pourrais pas, tu ne voudrais pas porter les chaînes traditionnelles,
Pour cela cette crucifixion, ta face livide, tes pieds et tes mains cloués,
La lance enfoncée dans ton flanc.
________

Ô Étoile ! Ô vaisseau de France, mis en fuite et bafoué !
Soutiens-toi astre frappé !
Ô vaisseau, repars !
Aussi sûrement que le vaisseau de tout, la Terre elle-même,
Produit d'un incendie de mort et du tumultueux chaos,
Se dégageant de ses spasmes de rage et de ses déjections,
Et apparaissant enfin, tout en puissance et beauté,
Et se mettant à suivre son cours sous le soleil,
Ainsi toi, ô vaisseau de France !
______

Finis les jours, chassés les nuages,
Accomplis l'œuvre de peine et la métamorphose longtemps cherchée.
Voyez! ressuscitée, haut au-dessus du monde européen,
(Et répondant en allégresse, et comme face à face de loin, à nos Etats-Unis)
De nouveau, ton étoile, ô France, belle resplendissante étoile,
Dans la paix céleste, plus pure, plus radieuse que jamais,
Rayonnera immortelle.

Walt Whitman »


Jean Vinatier

©SERIATIM 2008

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr

Source :

Walt Whitman : Poèmes et proses, traduits par Jules Laforgue, Louis Fabulet, André Gide, Valéry Larbaud...; Introduction de Valéry Larbaud, Paris, Gallimard, 1960

Aucun commentaire: