Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

vendredi 24 octobre 2008

Bossuet : « Quand l'histoire serait inutile aux autres hommes… » N°318 - 2eme année

On ne présente plus « l’aigle de Meaux », Jacques-Benigme Bossuet (1627-1704) évêque de Meaux (1681), théologien, illustre prédicateur et le précepteur (1670-1681) du fils de Louis XIV, Louis dit le Grand Dauphin (1661-1711). C’est en 1681 que parait son fameux « Discours sur l’histoire universelle » ouvrage faisant partie des nombreux autres écrits pour son élève et dont je vous propose les pages introductives.
Sa conception de l’histoire organisée autour de l’idée maîtresse de la Providence ne semble plus nous toucher en 2008. Mais les lignes ci-dessous montrent très clairement, outre le talent de pédagogue de Bossuet, l’importance de l’histoire source ou matière à bien des réflexions.

« à monseigneur le dauphin.

Quand l'histoire serait inutile aux autres hommes, il faudrait la faire lire aux princes. Il n' y a pas de meilleur moyen de leur découvrir ce que peuvent les passions et les intérêts, les temps et les conjonctures, les bons et les mauvais conseils. Les histoires ne sont composées que des actions qui les occupent, et tout semble y être fait pour leur usage. Si l'expérience leur est nécessaire pour acquérir cette prudence qui fait bien régner, il n'est rien de plus utile à leur instruction que de joindre aux exemples des siècles passez les expériences qu'ils font tous les jours. Au lieu qu’ordinairement ils n'apprennent qu'aux dépens de leurs sujets et de leur propre gloire, à juger des affaires dangereuses qui leur arrivent : par le secours de l'histoire, ils forment leur jugement, sans rien hasarder, sur les évènements passés. Lorsqu'ils voient jusqu’aux vices les plus cachés des princes, malgré les fausses louanges qu’on leur donne pendant leur vie, exposez aux yeux de tous les hommes, ils ont honte de la vaine joie que leur cause la flatterie, et ils connaissent que la vraie gloire ne peut s’accorder qu’avec le mérite.
D'ailleurs il serait honteux, je ne dis pas à un prince, mais en général à tout honnête homme, d’ignorer le genre humain, et les changements mémorables que la suite des temps a faits dans le monde. Si on n'apprend de l'histoire à distinguer les temps, on représentera les hommes sous la loi de nature, ou sous la loi écrite, tels qu'ils sont sous la loi évangélique ; on parlera des perses vaincus sous Alexandre, comme on parle des perses victorieux sous Cyrus ; on fera la Grèce aussi libre du temps de Philippe que du temps de Thémistocle, ou de Miltiade ; le peuple romain aussi fier sous les empereurs que sous les consuls ; l'église aussi tranquille sous Dioclétien que sous Constantin ; et la France agitée de guerres civiles du temps de Charles IX et d’Henri III aussi puissante que du temps de Louis XIV où réunie sous un si grand roi, seule elle triomphe de toute l’Europe.
C’est, monseigneur, pour éviter ces inconvénients que vous avez lu tant d’histoires anciennes et modernes. Il a fallu avant toutes choses vous faire lire dans l’écriture l’histoire du peuple de Dieu, qui fait le fondement de la religion. On ne vous a pas laissé ignorer l’histoire grecque ni la romaine ; et, ce qui vous était plus important, on vous a montré avec soin l’histoire de ce grand royaume, que vous êtes obligé de rendre heureux. Mais de peur que ces histoires et celles que vous avez encore à apprendre ne se confondent dans votre esprit, il n’y a rien de plus nécessaire que de vous représenter distinctement, mais en raccourci, toute la suite des siècles.Cette manière d’histoire universelle est à l’égard des histoires de chaque pays et de chaque peuple, ce qu’est une carte générale à l’égard des cartes particulières. Dans les cartes particulières vous voyez tout le détail d’un royaume, ou d’une province en elle-même : dans les cartes universelles vous apprenez à situer ces parties du monde dans leur tout ; vous voyez ce que Paris ou l’Isle De France est dans le royaume, ce que le royaume est dans l’Europe, et ce que l’Europe est dans l’univers.
Ainsi les histoires particulières représentent la suite des choses qui sont arrivées à un peuple dans tout leur détail : mais afin de tout entendre, il faut savoir le rapport que chaque histoire peut avoir avec les autres, ce qui se fait par un abrégé où l’on voit comme d’un coup d’oeil tout l’ordre des temps. Un tel abrégé, monseigneur, vous propose un grand spectacle. Vous voyez tous les siècles précédents se développer, pour ainsi dire, en peu d'heures devant vous : vous voyez comme les empires se succèdent les uns aux autres, et comme la religion dans ses differents états se soutient également depuis le commencement du monde jusqu'à notre temps.
C'est la suite de ces deux choses, je veux dire celle de la religion et celle des empires, que vous devez imprimer dans votre mémoire ; et comme la religion et le gouvernement politique sont les deux points sur lesquels roulent les choses humaines, voir ce quiregarde ces choses renfermés dans un abrégé, et en découvrir par ce moyen tout l’ordre et toute la suite, c’est comprendre dans sa pensée tout ce qu’il y a de grand parmi les hommes, et tenir, pour ainsi dire, le fil de toutes les affaires de l’univers.
Comme donc en considérant une carte universelle, vous sortez du pays où vous êtes né, et du lieu qui vous renferme, pour parcourir toute la terre habitable que vous embrassez par la pensée avec toutes ses mers et tous ses pays : ainsi en considérant l’abrégé chronologique, vous sortez des bornes étroites de votre âge, et vous vous étendez dans tous les siècles. Mais de même que pour aider sa mémoire dans la connaissance des lieux, on retient certaines villes principales, autour desquelles on place les autres, chacune selon sa distance : ainsi dans l'ordre des siècles il faut avoir certains temps marqués par quelque grand évènement auquel on rapporte tout le reste.
C'est ce qui s'appelle époque, d’un mot grec qui signifie s’arrêter, parce qu’on s’arrête là pour considérer comme d’un lieu de repos tout ce qui est arrivé devant ou après, et éviter par ce moyen les anachronismes, c’est à dire, cette sorte d’erreur qui fait confondre les temps.Il faut d'abord s'attacher à un petit nombre d’époques, telles que sont dans les temps del'histoire ancienne, Adam, ou la création ; Noé, ou le déluge ; la vocation d’Abraham, ou lecommencement de l’alliance de Dieu avec les hommes ;Moïse, ou la loi écrite ; la prise de Troie ; Salomon, ou la fondation du temple ; Romulus, ou Rome bâtie ; Cyrus, ou le peuple de Dieu délivré de la captivité de Babylone ; Scipion, ou Carthage vaincue ; la naissance de Jésus-Christ ; Constantin, ou la paix de l'église ; Charlemagne, ou l'établissement du nouvel empire.
Je vous donne cet établissement du nouvel empire sous Charlemagne, comme la fin de l’histoire ancienne, parce que c’est là que vous verrez finir tout à fait l’ancien empire romain. C'est pourquoi je vous arrête à un point si considérable de l'histoire universelle. La suite vous en sera proposée dans une seconde partie, qui vous mènera jusqu'au siècle que nous voyons illustré par les actions immortelles du roi votre père, et auquel l’ardeur que vous témoignez à suivre un si grand exemple, fait encore espérer un nouveau lustre.
……………………..
Bossuet »


Jean Vinatier

©SERIATIM 2008

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr


Source :

Jacques-Begnigne Bossuet, Discours sur l'histoire universelle à Monseigneur le Dauphin pour expliquer la suite de la religion et les changemens des empires. Première partie, depuis le commencement du monde jusqu'à l'empire de Charlemagne, S. Mabre-Cramoisy (éd), Paris, 1681, pp. 2-6 ou l’édition scientifique établie par Jacques Truchet, Paris, Flammarion, GL, 1966.

Aucun commentaire: