Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

vendredi 6 décembre 2019

Algérie : Makache et « Hirak par Akram Belkaid » N°4749 13e année


Le 12 décembre prochain, les algériens iront-ils voter ? Les foules sans cesse nombreuses qui scandent, Pas de vote, réussiront-elles à tétaniser le pouvoir algérien, à rendre caduque un scrutin ? Ce serait une première que nous Français ferions bien de regarder car nous sommes aux premières loges.
Il faut rappeler qu’à Hong-Kong, en Irak, en Iran, au Liban, en Algérie, au Chili, les vagues ne perdent rien de leur force respective selon les pays et sont toujours à l’œuvre : ça bout !
L’article ci-dessous décrit très bien l’importance de l’étymologie et de ce qu’elle enseigne , notamment, dans la colère.

« Aux origines d’un mot · Depuis quelques mois, les mouvements qui s’affirment dans le monde arabe ont été nommés hirak. Un néologisme qui prouve que la langue arabe, comme le monde du même nom, vit, manifeste, se transforme. »
« Depuis le 22 février 2019, les Algériennes et les Algériens manifestent au moins deux fois par semaine dans la rue, le mardi pour les étudiants et le vendredi pour l’ensemble de la population. Né d’une opposition quasi unanime à un cinquième mandat de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, ce mouvement pacifique et national exige désormais un changement profond du système politique. La contestation, dont l’un des slogans phare est « yetnahaw ga’ » qu’ils dégagent tous » ou « ils dégageront tous »), a un nom que même les officiels emploient : le Hirak.
Ce mot arabe, tiré de la racine h-r-k, signifie « mouvement ». C’est une innovation linguistique, même si sa déclinaison n’est pas erronée sur le plan grammatical. Son emploi est néanmoins récent et remonte à 2007 avec la naissance, au Yémen, du Hirak Al-Janoubi, le mouvement sudiste (ou du Sud), une formation politique séparatiste qui s’est dotée en 2009 d’un appareil militaire. Avant l’Algérie, à partir d’octobre 2016, les Marocains du Rif ont aussi utilisé ce terme pour désigner leur mouvement de protestation sociale contre le sous-développement de leur région : al- Hirak al-cha’bi fil Rif, le mouvement populaire dans le Rif.
Depuis octobre 2019, le mot hirak est employé aussi bien au Liban qu’en Irak pour désigner les protestations populaires contre les pouvoirs en place. On retrouve aussi sa trace dans certains comptes-rendus de presse concernant la manifestation de quelques milliers de Koweïtiens contre la corruption, le 7 novembre 2019. Ce terme semble donc faire consensus pour désigner une nouvelle étape dans les soulèvements populaires du monde arabe. Pourtant, des réserves existent quant à son emploi et à sa généralisation. Des médias comme Al-Jazira ou Al-Arabiya tentent de lui donner une sonorité plus littéraire en prononçant « harak », terme qui, lui, existait déjà. C’est aussi le cas de l’avocat algérien Mostefa Bouchachi, l’une des principales figures médiatiques de la contestation.
La suite ci-dessous :


Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: