Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

samedi 28 décembre 2019

Macron s’embastille à Brégançon N°4778 13e année



Le successeur de François Hollande déjà furieux d’assister au pourrissement de son projet de contre-réforme des retraites au point qu’il ne jugea pas digne de souhaiter un bon Noël à tous les Français, dont un  quart se pâme à sa vue, le voilà claquemuré dans le fort de Brégançon : ne rêvait-il pas d’îles paradisiaques ou tout simplement d’un séjour au Touquet ? Brégançon en décembre ne respire pas la joie à tourner en rond au sommet d’une tour ! C’est une première que de regarder un Chef de l’Etat s’embastiller et de répéter: « Sœur Anne ne vois-tu rien venir ? »
Même si les médias veillent à ne pas trop s’attarder sur les multiples blocages et grèves, perlées, spontanées…etc dans toute la France, les Français voient bien que leur pays ne tourne plus. Le gouvernement négocie secteur par secteur, profession par profession pour accorder aux uns et aux autres ce qu’il refuse à l’ensemble sans admettre que la retraite universelle s’efface de facto devant la retraite "pluriverselle" laquelle s’apparente quasiment à un retour à la case départ.
L’exécutif pare au plus pressé en contentant les militaires devant lesquels Emmanuel Macron ose dire qu’ils touchent une pension alors même qu’il s’agit d’une pension de retraite (c’est ainsi depuis Louis XIV….) et réussit l’exploit, après avoir satisfait une partie de la police de la faire sortir de ses gonds ! Ici et là entre ragots et rumeurs dont il faut toujours se méfier, il est répété que le Président s’isolerait, que son épouse prendrait des dispositions pour protéger les siens, que les parcours automobiles se compliqueraient au point que les services lui conseilleraient d’utiliser le seul avion…Quoiqu’on en pense, le climat s’en ressent : il reste deux années et demi jusqu’à la prochaine élection présidentielle.
A jouer le pourrissement le gouvernement enclencherait la politique du pire, une initiative à haut risque car il équivaudrait à allumer une méche dont on ne sait sur quel brasier elle tomberait.
Au-delà des accords sino-américains, l'année 2020 s’annonce hautement dangereuse avec une focalisation sur le Brexit et l’élection américaine mais aussi sur tout ce qui se trame autour des accords gaziers depuis la Russie jusqu’à South fars (Iran/Qatar) en passant par l’Union européenne, la Turquie et la Libye : on rappellera que c’est, en 2011, un tracé gazier qui précipita la tentative de renversement de Bacha Al-Assad en Syrie. Terrorisme (Sahel/Sahara) et concurrence gazière risquent fort de se rencontrer ce qui engendrait une conflagration. (J’y reviendrai)
Autant dire qu’une France encalminée dans une révolte sociale aux multiples ramifications, exposée en première ligne dans bien des domaines : South Stream, Brexit, Allemagne bougonne, Algérie craquelée, une lame « populiste » sur fond de remise en cause de l’Union européenne, n’est plus à l’abri, se joindrait -elle alors aux « hommes malades de l’Europe » ? (J’y reviendrai).


Jean Vinatier
Seriatim 2019



Aucun commentaire: