Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 2 décembre 2019

Du Soleil d’Austerlitz à sa froidure N°4742 13e année


1904, le père spirituel des Annales, Henri Hauser s’exprimait lors du Congrès de la Ligue de l’Enseignement : « On doit enseigner à nos jeunes à défendre la France par le livre, s’il est possible, et par l’épée, s’il est nécessaire, on seulement la patrie française, mais tout l’idéal humain que la France porte en elle. »1
2019, le lundi 2 décembre, l’Elysée, le jour d’Austerlitz, organisera une cérémonie d’adieu aux treize officiers et sous-officiers décédés accidentellement au Sahel au cours d’une opération militaire. Tous recevront à titre posthume la légion d’honneur.
Depuis toujours satirique, Charlie-Hebdo a publié une caricature du tragique de l’événement que dénonça par une lettre ouverte le général Bukhard, chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre : « Qu’avons-nous donc fait, soldats de Terre, pour mériter un tel mépris. Qu’ai-je manqué, moi-même, Chef d’Etat-Major de l’Armée de Terre dans l’explication du sens profond de notre engagement, pour qu’avec une telle désinvolture soient ralliées ceux qui ont donné leur vie afin que soient justement défendues nos libertés fondamentales »
Soixante-quinze années séparent les deux extraits, autant dire deux mondes, dans le premier on enseigne à faire dans une France qui ne doute, alors, absolument pas de porter son idéal au- dehors, dans le second on croit avoir manqué quand la France subit l’extérieur et n’est plus souveraine.
S’engager dans l’armée ne répond quasiment plus à une tradition familiale, c’est un choix individuel avec l’idée noble que la patrie existe toujours. J’observais les dernières campagnes de recrutement et je notais que sur les affiches et dans les films, s’il y avait bien un uniforme avec dans un coin les trois couleurs, le message publicitaire ne mentionnait, sauf en filigrane, ni la patrie, ni la nation, ni la France mais mettait en exergue la démocratie, la liberté, le territoire, l’aller loin et l’au-delà de soi. L’armée épouse son époque, se détache, sans plus y réfléchir, à ce qui la fonde et la légitime. Nous vivons une époque charnière, celle des séparations, des divisions, des craquements, en nous, autour de nous, dans de multiples domaines, l’armée n’y échappe évidemment pas. Beaucoup de ces secouements s’habillent de mots en une apparence généreuse, démocratie, liberté, accueil…etc mais ils sont rangés en ordre d’une bataille dont les stratèges et les tacticiens ne sont pas naturellement nos preux chevaliers protecteurs.
Nul ne doute que cet après-midi aux Invalides la cérémonie aura tout ce qu’il faut pour éblouir et émouvoir, que pendant deux heures notre Histoire défilera magnifiquement chacun tenant impeccablement son rôle, certains seront sincères, d’autres cyniques, d’autres enfin des automates.
Et ensuite ?
Deux-cent quatorze ans années plus tôt, le soleil d’Austerlitz où la France, jeune, enthousiaste, anéantie par une manœuvre hardie en une journée une coalition européenne, succédera, ce 2 décembre 2019 une froidure où des Français, âgés, inquiets, ballotés entre l’autrefois, forcément idéalisé, le maintenant subi, appréhendent le lendemain, les courroies insuffisamment entretenues, sèchent, craquelant la transmission. Que penser, enfin, d’un pays français qui érige l’accident, certes au cours d’une opération militaire, en héroïsme ? En l’écrivant, je ne réduis ni l’engagement, ni le mérite de chacun des treize hommes, je interroge  cette impuissance et tout ce qui nous y amène.
Qu’à l’avenir, la plume d’un général ne s’abaisse plus à se justifier auprès d’une revue, que le livre et l’épée, si chers à Henri Hauser gisant à nos pieds trouvent la relève : les atouts sont toujours là !
Dieu que nous nous trouvons loin de ces siècles quand nos Rois en leurs conseils forgèrent l’Idée Politique de la France : son Idéal, son Indépendance, les libertés françaises, la République y ajoutant un chant national.


Note :

1-Nathalie Zemon Davis « Henri Hauser Historien, citoyen, pionnier » in Henri Hauser (1866-1946, Humaniste. Historien. Républicain, Séverine-Antigone Marin, Georges-Henri Soutou (dir.), Paris, PUPS, 2006, p.27.

Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: