Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

samedi 7 décembre 2019

Macron largue Latécoére après Thomson N°4752 13e année


Quand la souveraineté n’est plus la clef de voute de l’Etat-nation mais une variable d’ajustement, il ne faut guère s’étonner d’entendre la DGSI dire être contrainte de renouveler son contrat avec Palantir, de regarder la scandaleuse manière dont Emmanuel Macron a cédé Thomson à la General Electric plaçant nos sous-marins atomiques sur des points techniques dans la dépendance américaine. Aujourd’hui c’est le cas de la société Latécoère, un équipementier prestigieux, demain Photonis.
Ali Laïdi déplore l’absence de « doctrine de la France sur sa souveraineté économique » : mais la souveraineté est une et indivisible. On ne peut renoncer à la souveraineté politique et croire dans le même temps que la souveraineté économique existerait naturellement.
Quand on écoute Emmanuel Macron discourir sur la « mort cérébrale de l’OTAN », de rêver à une euro-OTAN pour contrebalancer les Etats-Unis alors même qu’il n’y a ni Etat européen, ni une idée commune sinon unique de la souveraineté dans l’Union européenne, force est de constater que le Chef de l’Etat goûte la chimère, nous narre un conte à dormir debout.
Soulignons que l’Union européenne est entourée par des puissances à bien des égards des nations-monde : Chine, Etats-Unis, Russie, Turquie très chatouilleuses quant à leur territorialité respective, toutes protectionnistes sans état d’âme. Il y a aussi, et pas seulement, la question de la religion-monde qu’est l’islam que l’on devrait observer sans passion mais avec attention et intelligence. L’Union européenne s’acharne à empêcher l’émergence de groupes européens au nom de la concurrence ! C’est complétement idiot mais conforme, à l’idéologie ou ultra-libérale, libertaire ou mondialiste qui efface toute frontière. Une béatitude tragique, dramatique pour la France et l’Europe.


« OPA américaine sur l'équipementier aéronautique Latécoère : "la France navigue à vue" en matière sécuritaire par Ali Laïdi

Pour Ali Laïdi, chercheur à l’Ecole de pensée sur la guerre économique, la cession de l'équipementier aéronautique toulousain Latécoère à un fonds d’investissement américain démontre une nouvelle fois l’absence de doctrine de la France sur sa souveraineté économique.

Marianne : L’entreprise Latécoère, un équipementier aéronautique stratégique et leader sur la technologie Lifi (internet par la lumière), qui équipe les avions civils comme militaires, n'est donc plus française. L'autorité des marchés financiers vient de confirmer le succès de l’OPA lancée par le fonds d'investissement américain Searchlight Capital. Est-ce une nouvelle défaite pour la France, et une nouvelle preuve de sa désindustrialisation croissante?
Ali Laïdi : La question de la désindustrialisation et du rachat d’entreprises françaises se pose depuis plusieurs décennies déjà. On en parle, certes, davantage lorsqu’il s’agit d’entreprises stratégiques. C’est le cas avec Latécoère, qui est un sous-traitant important d’Airbus et dont le carnet de commandes se porte bien ; mais aussi de Photonis, (l’un des leaders mondiaux de la conception et de la fabrication de tubes intensificateurs de lumière dans l'aéronautique, ndlr), qui pourrait également passer sous pavillon étranger prochainement. »
La suite ci-dessous :



Jean Vinatier
Seriatim 2019



Aucun commentaire: