Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 5 décembre 2019

« Nouveau projet global contre la Russie » et « impasse de l’OTAN » ? par Karine Bechet-Golovko » » N°4747 13e année


Vladimir Lepekhine : un nouveau projet global contre la Russie ? par Karine Bechet-Golovko

« Dans la lignée de notre publication d'hier, je voudrais attirer votre attention sur l'interview de Vladimir Lepekhine, directeur de l'Institut EvroAzEs concernant la situation politico-économique de la Russie, le caractère totalement volontaire des réformes aussi improductives qu'impopulaires menées par le bloc néolibéral du Gouvernement russe et la préparation d'un projet global devant largement chambouler l'équilibre politique, portant à nouveau le risque d'une disparition des institutions étatiques. Ces perturbations sont inévitables, car les décisions centrales de la politique intérieure, selon Lepekhine non pas en fonction des intérêts nationaux, mais d'intérêts extérieurs. Les grandes lignes en français pour les non russophones.

Le directeur de l'Institut d'étude des problèmes du développement de l'Union eurasienne (EvroAzEs) a donné une interview, passablement détonante, à la chaîne en ligne DenTV, qui a en substance été reprise sur le site wec.ru, disponible ici en russe. 

L'intégralité de l'interview est disponible ici : (en russe)»

La suite ci-dessous :


Impasse de l'OTAN et impossibilité d'un réel dialogue avec la Russie par Karine Bechet-Golovko »

« Macron propose un "dialogue stratégique" avec la Russie, alors que celle-ci est mise au même rang que le terrorisme dans la déclaration finale de Stoltenberg. De quelle stratégie s'agit-il dans ce cas ? En fait, l'OTAN continue à faire ce qu'il a toujours fait : défendre une idéologie. Avant c'était le libéralisme contre le socialisme, donc contre l'URSS, aujourd'hui c'est l'atlantisme, donc contre la Russie, qui, en ce sens, oui, présente (heureusement) une menace.

La dualité du discours au sujet de la Russie continue. D'une part Macron joue le rôle de l'ouverture au dialogue avec la Russie, un dialogue qu'il qualifie de responsable et de stratégique, ce qui finalement ne signifie rien. Macron incarne ici l'Auberge espagnole politique, où vous trouverez ce que vous apporterez. D'autre part, Stoltenberg, dans la déclaration finale, range la Russie, avec son "comportement agressif", au même rang que le terrorisme comme un des dangers principaux pour la sécurité euro-atlantique. Terrorisme contre lequel§ pourtant, il devrait être possible de coopérer avec la Russie. 

Russie qui, dixit Macron, n'est plus un ennemi, mais reste une menace. L'ennemi est le terrorisme islamiste. »

La suite ci-dessous :


Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: