Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 1 décembre 2019

Tiffany : la revanche américaine de Bernard Arnault N°4740 13e année


En mettant sur la table plus de 16 milliards Bernard Arnault met la main sur un nom prestigieux existant depuis 1837 : Tiffany.
En 1981 suite à la victoire de François Mitterrand, Bernard Arnault part pour les Etats-Unis dans l’espoir d’agrandir la fortune familiale en fondant Ferinel Inc. Loin de connaître une prospérité, il connut l’exact inverse : rincé !
Trente-huit ans plus tard, Bernard Arnault, à la tête de l’empire du luxe que l’on sait,  en compagnie de son fils Alexandre, voyage avec Donald Trump dans Air force One qui vole vers le Texas. Bernard Arnault premier français à se rendre à la Trump Tower le soir de la défaite d'Hillary Clinton1 n’a eu de cesse de rester dans le sillage du nouveau Président.
Automne 2019: l’inauguration au Texas d’une grande usine LVMH assurant des milliers d’emplois aux américains n’empêcha pas Donald Trump d’obtenir que toutes les étiquettes seraient Made in USA. Ce fait passé sous silence par nos médias parce qu’il disait  que Bernard Arnault ne serait peut-être plus le grand soutien financier d’Emmanuel Macron pour 2022. Mais au-delà de cette hypothèse, Bernard Arnault s’assurait de la non-opposition du Président des Etats-Unis pour emporter Tiffany.
Les Américains n’aiment guère que l’on convole avec leurs symboles, Tiffany est l’un d’eux. Ce que l’on sait moins sur Charles Tiffany ,c’est pourquoi il a été surnommé le roi du diamant. 
Retour en France, les 12 et 13 mai 1887 jours où les joyaux de la Couronne de France furent dispersés et raflés, pour partie, par Charles Tiffany. La IIIe République fragile et soucieuse d’effacer autant que possible tout souvenir des Rois et Empereurs (c’est à ce moment que les Tuileries et Saint-Cloud sont arasés) confie à l’ancienne maison Bapts le soin de dessertir les diamants et pierres précieuses de la Couronne( la BnF a les photos). Vendus à vil prix, cet acte serait impossible aujourd’hui, à l’époque cela ne souleva guère de critiques.
Ainsi quand Bernard Arnault prend le contrôle de Tiffany il remet, en quelque sorte, la main d’une façon symbolique sur feu les diamants de France et dans le même temps efface pour toujours son premier échec américain.
Au-delà de ces rappels historiques, Bernard Arnault n’est-il jamais rassasié ?  Par bien des aspects, il me rappelle ce milliardaire personnage central du film d’Henri Verneuil, Mille milliards de dollars, qui disait que son souhait ultime serait d’inscrire sur sa tombe à l’heure de sa mort le cours de l’action de son empire.
Les hommes qui constituent des empires, des multinationales sont bien identiques aux conquérants d’Alexandre à Napoléon en ce sens qu’ils ne savent pas ou bien qu’ils ne peuvent sans doute pas s’arrêter. Ce qu’ils aiment ce n’est pas de gérer mais d’ajouter toujours, c’est une spirale pathologique.

Note :

1-Evidemment si Hillary Clinton était devenue Présidente des Etats-Unis, il aurait été le premier français à la complimenter.

Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: