Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 18 septembre 2008

Pakistan, Cambodge bis repetita ? N°289 - 2eme année

L’incursion d’unités américaines sur le territoire pakistanais le 3 septembre a indigné (officiellement) Islamabad. « Les forces de l’armée pakistanaise ont reçu l’ordre d’ouvrir le feu si des militaires américains lancent un nouveau raid près de la frontière afghane, a annoncé mardi un porte-parole de l’armée pakistanaise » rapporte l’AP.
Georges Bush a donné son feu vert, en juillet dernier, pour autoriser son armée à opérer au-delà de l’Afghanistan. C’est la suite logique de son propos quand il a déclaré que le Pakistan devenait le champ de bataille principal dans le combat contre le terrorisme. Le commandant en chef, l’amiral Mullen est encore plus clair : « Selon moi, ces deux nations [le Pakistan et l'Afghanistan] sont inextricablement liées dans une insurrection commune qui franchit la frontière entre elles. »¹
Une semblable décision rappelle assez curieusement celle de 1970 quand le Président Nixon, en pleine guerre du Vietnam voulut marquer l’opinion publique en attaquant le QG des forces du Viêt-minh qu’il pensait être dans le royaume cambodgien. Son souverain, Norodom Sihanouk, essayait de sauvegarder sa neutralité. Washington fit renverser ce prince au profit de Lon Nol, général fantoche. De QG on ne trouva que des cahutes… et tout alla de mal en pis….L’excellent William Pfaff le rappelle dans son article² auquel j’emprunte le titre.
En faisant fi de la souveraineté pakistanaise, les Etats-Unis ne prennent-ils pas un risque majeur, celui de mécontenter la Chine, grande alliée d’Islâmâbâd mais aussi d’accroître le désordre régional sans pouvoir le maîtriser ? Les Russes, les Perses suivent avec l’intérêt qu’on imagine cette nouvelle stratégie. L’Inde, attend, évidemment tout d’un affaiblissement du Pakistan : pour l’elle c’est l’Hindoustan4 !
Les dollars distribués par Petraeus aux différents chefs irakiens donnent l’illusion de la pacification³, la répétition de cette politique fonctionnera-t-elle au Pakistan ? Et ce général vient de prendre la tête de l’United States Central Command qui concerne tous les théâtres d’opération depuis la Mésopotamie jusqu’en Afghanistan.
Alors que toutes les forces étrangères en Afghanistan (sous mandat onusien ou otanien) sont vues comme hostiles, faut-il, alors, ajouter à cette détestation l’ensemble des peuples pakistanais ?
Elu le 6 septembre par le Parlement pakistanais, le nouveau Président, Asif Ali Zardari est le veuf de Benazir Bhutto assassinée en décembre 2007. Présenté comme un personnage corrompu, déséquilibré et « achetable » à tout moment pour certains cercles étatsuniens ; il est, enfin, tout à fait impopulaire. Si son prédécesseur Musharraf ne brillait pas non plus par la netteté de sa politique, il eut, semble-t-il, la tentation de résister à un engrenage tragique pour son pays. L’armée ne bouge pas. Elle est pourtant une actrice décisive ; un dicton populaire ne dit-il pas
:« Chaque pays a une armée, mais au Pakistan l’armée a un pays. »5 Or, le commandant en chef, Parvez Kiani, s’il donne des gages à l’état-major américain, doit tenir compte des réticences de ses commandants. Effectivement, l’armée pakistanaise poursuit les talibans6, mais en s’en prenant aux seuls combattants arabes et ouzbeks et non aux pachtounes, nombreux dans les régiments nationaux. De plus Parvez Kiani ne jouit pas de la même autorité que Musharraf et le Président Zardari voudrait s’en débarrasser. La situation intérieure pakistanaise n’est en rien « sécurisée », on est dans un pays aux facettes multiples.
Aujourd’hui, on sait que les néo-conservateurs américains évoquent encore la possibilité de découper le Pakistan dont le Baloutchistan formerait, alors, le territoire principal. Cette idée court-elle toujours ? On doute que les Pakistanais y souscrivent !
Mais cette politique militaire interventionniste décidée par les Etats-Unis ne court-elle pas le risque d’entraîner les soldats étrangers stationnés en Afghanistan, à la suite des forces américaines si ces dernières ne remportaient pas une victoire éclatante : que ferait, alors, par exemple la France ? Pour l’heure, l’OTAN a rappelé qu’elle ne dépasserait pas la frontière. En tout cas, l’état-major américain a clairement évoqué des incursions jusqu’à la ville de Peshawar ! Dans cette hypothèse, l’onde de choc serait terrible pour le Pakistan : comment réagiraient, par exemple, les provinces du Cachemire, du Pendjab, du Sind ?
En tout état de cause, ne pourrait-on pas voir une victoire d’Al Quaïda dans cet engrenage ? La guérilla, n’oblige-t-elle pas l’ennemi à ouvrir un troisième front après ceux d’Irak (Mésopotamie) et d’Afghanistan ? Dangereuse fuite en avant……


Jean Vinatier

©SERIATIM 2008

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr

Notes
:

3- La production pétrolière irakienne va devenir plus grande qu’à l’époque de Saddam Hussein. C’est là une conséquence (temporaire ?) qu’il faut noter.

5- Si les soldats sont issus, majoritairement, des tribus pachtounes dont le territoire est traversé par la frontière afghano-pakistanaise, les officiers proviennent souvent d’un milieu urbain aisé. C’est dans cette bourgeoisie et avec le concours de grands propriétaires terriens comme les Bhutto, véritables seigneurs dans le Sind, que le Pakistan, soutenu par les Britanniques, prit son envol.

6- Qu’est-ce qu’un taleb ou taliban ? C’est un élève d’une école Coranique ou madrasa. Cette définition a été étendue pour caractériser toute forme d’intégrisme. Les talibans sont à très grande majorité des pachtounes en sus des Arabes, des Ouzbeks dont les chefs revendiquent un rôle politique qui leur est refusé tant par Kaboul que par Islamabad. Faire la guerre aux talibans est donc aussi faire la guerre à tout un peuple.

Sources :

1-“Dissension in Pakistan's ranks” in:
http://www.atimes.com/atimes/South_Asia/JI13Df01.html

2-
http://www.williampfaff.com/modules/news/article.php?storyid=341

Autres sources :

“US forces the terror issue with Pakistan” in
http://www.atimes.com/atimes/South_Asia/JI16Df01.html
“Moscow eyes Afghanistan in fear” in:
http://www.atimes.com/atimes/Central_Asia/JI13Ag02.html
“Pakistan : Armée Inc.”: http://www.alternatives.ca/article3436.html
« L’impasse afghane et comment en sortir » in
http://www.alternatives.ca/article4069.html et Le Monde du 5 septembre
« Les six visages du Pakistan » in
http://www.liberation.fr/actualite/monde/350270.FR.php?rss=true&xtor=RSS-451

In Seriatim :

4-
http://seriatim1.blogspot.com/2007/09/hindstn-ou-pakistan.html

Aucun commentaire: