Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 24 septembre 2008

Tarō Asō, Premier ministre japonais « les mangas construisent un pont avec le monde » N°293 - 2eme année

Une fois n’est pas coutume la nomination du nouveau Premier ministre japonais secrétaire général du parti libéral japonais (PLD), Tarō Asō (né en 1940) est d’abord salué par les fans de mangas :
« Dans le milieu des fans, il est surnommé « Rozen Aso » parce qu’il avait été surpris en train de visionner le dessin animé de Peach-Pit, Rozen Maiden, dans un aéroport. Ne cachant pas ses goûts, on l’a vu lors de campagnes électorales haranguer la foule dans le quartier de Akihabara où se réunit à Tôkyô le public des otakus d’animes et de mangas. »¹
Un de ses proches assure qu’il « sera le Premier ministre le plus amusant de l'histoire »²
Il est vrai que Tarō Asō tranche sur ses prédécesseurs : Yasuo Fakuda (2007-2008), Shinzō Abe(2006-2007) et Jun’ichirō Koizumi (2001-2006), tous issus de familles patriciennes japonaises et dont les ancêtres participèrent activement à la modernisation de l’empire du Soleil levant.
Tarō Asō a une autre singularité son catholicisme! Le Japon compte prés de 400 000 catholiques très pratiquants auxquels il faut ajouter les 600 000 catholiques installés dans ce pays et venus du Brésil, du Pérou, des Philippines³.
Catholique, fan de mangas, le nationalisme de ce nouveau Premier ministre suivra-t-il le chemin tracé par Koizumi et Abe caractérisé par une certaine agressivité ou bien optera-t-il pour celui de Yasuo Fakuda volontiers diplomate? Les étrangers s’alarment assez facilement de toute remontée des idées politiques qui rappellent le Japon impérial d’avant 1945.
Si le pays reste encore d’une certaine manière sous la surveillance américaine, les souvenirs d’Hiroshima et de Nagasaki sont, eux, très puissants. Depuis les années 70 les dirigeants japonais essaient de construire une voie diplomatique. Takeo Fakuda, Premier ministre (1976-1978) prononça en 1977 à Manille un discours par lequel il voulait promouvoir la paix et une
« confiance mutuelle entre les différents pays d’Asie ». En 2008, son fils, Yasuo alla plus loin en espérant une « Asie formant un réseau de pays dont l’Océan Pacifique serait la mer intérieure ». Cette phrase apparemment aimable ne manquera pas d’agacer les politiciens à Washington pour lesquels la mer intérieure est précisément le Pacifique! En fait, Yasuo Fakuda rappelle tout simplement que le Japon, une fois contraint à l’ouverture au monde extérieur en 1852, s’empressa de se développer sur cet océan pour concurrencer dés la fin du XIXe les visées également expansionnistes américaines. En 2008, la nouveauté du propos tient dans l’association proposée à tous les pays d’Asie.
Reconnaissons que le cours passage au pouvoir de Yasuo Fakuda (une année) a été riche en faits diplomatiques : une coopération avec la Corée du Sud au sujet de la Corée du Nord, un accord signé avec la Chine pour l’exploitation de plusieurs champs gaziers dont celui de Shirakaba situé sur l’exact tracé des frontières séparant leurs eaux territoriales, le rapprochement significatif avec la Russie, malgré le contentieux des îles Kouriles, qui pourrait annoncer, à terme, la signature d’un traité de paix entre les deux nations : eh, oui, officiellement Russie et Japon sont toujours en guerre!!! Relevons, enfin, que Yasuo Fakuda a publiquement fait part de son
« scepticisme » sur la manière dont se faisait la guerre contre le terrorisme!
Si Tarō Asō croit que les « mangas construisent un pont avec le monde »,ce pont l’aidera-t-il dans une démarche politique qui retient non seulement les acteurs asiatiques mais aussi l’Australie dirigée par Kevin Rudd lequel propose une union4. On est bel et bien dans cette recherche associative ouverte à toutes les puissances régionales. Le Japon a un besoin très fort de se délivrer des sombres journées de la capitulation, mais sa une marge de manœuvre est limitée tant les horreurs commises par l’armée impériale en Chine et dans l’Asie du sud ne l’autorisent pas à s’enorgueillir. On sait le scandale de la visite de Jun’ichirō Koizumi au sanctuaire shintō de Yasukuni construit en 1869 pour rendre hommage aux Japonais qui ont donné leur vie au nom de l’Empereur depuis cette date jusqu’en 1951.
Le Japon étant l’une des nations économiques les plus puissantes, on imagine mal qu’elle pourrait longtemps rester les bras croisés : ses présences militaires en Mésopotamie, en Afghanistan si elles sont discrètes et cantonnées à des tâches humanitaires, elles sont, à l’instar de celles de l’Allemagne, des signes importants. Tarō Asō saura-t-il engager son pays vers la guérison de la peur de l’histoire? Même s’il gaffe parfois, son intention n’est pas d’être amusant.


Jean Vinatier


©SERIATIM 2008

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr
Note:
Otakus d'animé= fan de manga. Otaku désigne une personne ne vivant que pour une passion , un hobby. Via les mangas, les BD japaonaises, il y a des communautés d'otakus anime

Sources :
1-
http://www.universbd.com/spip.php?article7444

Aucun commentaire: