Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 4 mai 2016

2017 : Le choc des paillassons ? 3 N°4121 10e année



C’est donc à partir d’un théâtre appelé Rond-Point que François Hollande, faisant fi de tout considérée comme un principe, se lance dans la campagne pour sa réélection en 2017. Entre deux manifestations et les agitations de la place de la République désormais salie de partout, le gouvernement veille à distribuer les faveurs aux corps professionnels les plus favorables à la gauche. On chiffre cette première fournée de distribution à 5 milliards d’euros. Devançant Noël, François Hollande a dit son souhait d’exempter d’impôt sur le revenu les foyers les plus modestes en 2017 : sachant que ces foyers ne s’en acquittant déjà pas, comment feront-ils pour dire leur joie d’en être délivrés? Ne ralentissant pas son rythme, l’Elysée a fait connaître qu’en l’état, le gouvernement français n’était pas satisfait de l’accord de libre-échange. Pascal Lamy, l’ancien président de l’OMS, social-libéral extrême fameux pour sa morgue a aussitôt prévenu les médias qu’il s’agissait d’une gesticulation présidentielle. Le bonhomme n’a pas tort, François Hollande n’étant par caractère dans aucune forme de résistance, ne croyant qu’aux vertus des volutes de la communication et ayant réengagé complétement la France dans l’OTAN autorisant même cette organisation à réoccuper des sites en France, on se représente parfaitement la pantomime.
Depuis un Rond-point François Hollande s’attèle au cabotinage sur fond d’une soudaine embellie économique (baisse du chômage, croissance) qui doit beaucoup aux sommes engagées pour qu’enfin le chômage baisse et comme l’exécutif n’était pas trop sûr de lui-même a veillé à tripatouiller les modes de calcul. Cette pièce de boulevard s’annonce mal, chaque scène est une fortune, chaque acte une lourdeur. Mais que ne faudrait-il pas pour arriver à ce fameux second tour face à Mme Le Pen !
François Hollande tout impopulaire qu’il est, sait qu’homme de la collaboration avec les élites, les cercles atlantique, l’idée bienpensante économique, le communautarisme et ainsi de suite, il se doit de montrer qu’il reste le personnage idoine pour détricoter les structures nationales. Le parti socialiste a une longue histoire dans la manière dans l’art de faire prendre des vessies pour des lanternes à un électorat divers par corps professionnel,  origine sociale et désormais aussi communautariste et d’assurer des puissances  montantes et/ou installées (économiques, financières, étatiques) qu’avec lui, elles ne connaîtront pas la déception.
Sur un plan strictement politicien, face aux Républicains qui doivent aller jusqu’à des primaires et accepter chaque semaine un nouveau candidat, le parti socialiste, n’en déplaise aux uns et aux autres, fait figure de corps solide et ce d’autant plus qu’aucun socialiste même frondeur ne surgit en rival. Quant à la chevauchée de Jean-Luc Mélenchon qui ravît les médias parisiens, le sol embourbé est pour bientôt.
Rond-Point pourrait être le thème de la campagne présidentielle car telle une toupie tourne autour d’elle-même et par le vent de chaque tour lève les feuilles du sol avant qu’elles ne retombent plus fanées encore. Le Rond-Point illusionne un corps électoral d’autant plus sensible à cette magie que lui-même s’étant ficelé psychologiquement, il se rassure au théâtre et se croit la scène majeure de chaque acte…….



Jean Vinatier
Seriatim2016

Aucun commentaire: