Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 23 mai 2016

Autriche : un Président élu par correspondance…N°4139 10e année



Chacun s’attendait à la victoire du jeune candidat de droite extrême autrichien, Norbert Hofer mais ce fut un vieillard de 72 ans, Alexander Van Der Bellen, qui le coiffa au poteau une fois les votes par correspondance dépouillés. Cette défaite constitue, certainement, un moment amer pour Marine Le Pen. Norbert Hofer n’était pas diabolisé, son parti est présent dans la quasi-totalité des régions autrichiennes et en cogère. Le FPÖ dispose d’un programme économique libéral, il est donc compatible avec Bruxelles : le seul point non convenable porte sur la migration depuis l’extérieur et cet angle suffit à replacer le FPÖ dans la case extrême droite. Qu’avons-nous eu ce lundi ? Le terme d’une campagne présidentielle sans défaite ni victoire dans une Autriche où la moitié du pays est FPÖ quand l’autre s’éparpille entre plusieurs formations. D’ici les prochaines élections législatives en 2018, l’actuel gouvernement, s’il veut reconquérir des voix au FPÖ, devra d’une certaine manière marcher dans ses pas rejoignant alors les politiques réticentes envers les migrants des pays d’Europe orientale et de l’Est.
Nous sommes ce soir devant le Rubicon quoique non franchi. L’élévation d’un Vert âgé élu par simple opposition au candidat de droite est, déjà, un aveu de fragilité. Cela étant dit, l’échec du FPÖ pose un vrai problème aux autres partis situés dans son obédience avec au premier chef le FN. Norbert Hofer ne connaissait pas la diabolisation, les élus FPÖ participent à la gestion des länders tout à l’inverse de ce qui se passe en France. De plus, le programme économique de Norbert Hofer se situe dans l’orbite plutôt libérale là encore à l’inverse des idées de Marine Le Pen. Ce soir l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen recule de beaucoup et preuve est, sans doute, apportée que le bouleversement politique ne passera pas par l’extrême droite puisque chaque second tour lui est fatal : les abstentionnistes du premier tour lui faisant le coup de pied de l’âne ! Au-delà de l’extrême droite, se place plus crument qu’hier : comment balayer tous ces partis qui nous amènent la tête sur le billot ? Si ce n’est ni l’extrême droite, ni l’extrême gauche, ni les autres : qui d’autre ?  
La défaite de Norbert Hofer enlève un argument aux partisans du Brexit : s’il était parvenu à la présidence ces derniers n’eussent pas manqué de l’urgence à quitter une Union européenne entamée par le « fascisme », preuve s’il en était de l’incurie bruxelloise….
Il n’empêche, l’Union européenne est bien plus fractionnée, divisée, partagée, incertaine que jamais. Nul compte-rendu de triomphe et pour cause, au vu de la catastrophique politique d’Angela Merkel. L’Allemagne est redevenue une puissance négative depuis qu’elle se pense délivrée de toute attention et prévenance. Ouvrant en grand l’Union européenne aux Turcs de l’autoritaire Erdogan quand elle veille à interdire à Vladimir Poutine toute levée des sanctions. Mais il y a plus coupable que la chancelière, ce sont les autres membres de l’Union et la France au premier chef, il faut le reconnaître. Décidément à chaque fois que l’Allemagne se met à grandir, c’est une catastrophe qui s’annonce.
Le tableau de l’Union européenne n’est pas brillant : des électeurs mécontents mais incapables de s’affranchir, des Etats tirant à hue et à dia, une oligarchie bruxelloise non élue qui se voit au-delà de la démocratie, de tous les peuples jugés hors-jeu, réfute les racines chrétiennes c’est-à-dire l’Histoire et les mémoires. La tyrannie se déploie, nous hait , rien ne bouge et Alexander Van Der Bellen un brave homme....



Jean Vinatier
Seriatim 2016





Aucun commentaire: